Les trois offices du Christ

C’est depuis Jean Calvin (IRC, II,15) que les Protestants exposent l’œuvre de Jésus selon le schéma des trois offices (fonctions) principales du peuple d’Israël dans l’Ancien Testament1 :

– Office prophétique : Consiste à annoncer la parole de Dieu au peuple de Dieu.

– Office sacerdotal : Consiste à offrir des sacrifices pour régler le problème du péché, pour que le peuple soit pardonné et accepté dans la présence de Dieu.

-Office royal : Consiste à régner sur le peuple en tant que représentant de Dieu.

Offices que Jésus accomplit dans sa personne.

Dieu a créé le ciel et la terre. Il a créé l’homme à son image. Il a pourvu à tous ses besoins mais, de manière incompréhensible, l’homme lui a désobéi, ce qui l’a séparé de son créateur. Comment cette relation va-t-elle être rétablie ? Comment un Dieu saint peut-il accepter en sa présence un peuple pécheur ? Comment régler le problème du péché ? Par les sacrifices des prêtres ? Système imparfait. Le peuple aura besoin d’un prêtre meilleur et plus grand. Par l’institution de la royauté ? Les rois ont tous échoué dans leur rôle de berger. Le peuple aura besoin d’un meilleur roi. Dieu envoie alors des prophètes qui appellent le peuple à revenir à Dieu. Mais le peuple s’entête. Il leur faudra un meilleur prophète. Le péché est un problème que Dieu seul peut régler… Jésus est le meilleur prophète, le meilleur roi et le meilleur prophète dont le peuple avait besoin pour régler le problème du péché

Vous allez peut-être me dire que l’union de ces trois offices en une seule personne n’est pas explicitement révélée dans la Bible et vous aurez raison ! En fait, seule la combinaison de la prêtrise et de la royauté fait l’objet d’une promesse explicite dans l’AT (cf. Ps 110.1-4 et Za 6.12-13).

Mais les trois fonctions sont présentes dans plusieurs passages :

-Les « chants du Serviteur » attribuent au Serviteur une mission de prédicateur (cf. Es 42.1-3 et 50.4) mais aussi de prêtre (cf. Es 52.15) et un triomphe digne d’un roi (cf. Es 52.13).

-Le prologue du livre aux Hébreux attribue au Fils le ministère prophétique de la révélation (cf. 1.1), la purification des péchés (cf. 1.3) et la fonction royale (cf. 1.3 et 8).

-Apocalypse 1.4-6 fait de même.

1. Office prophétique

Qu’est-ce qu’un prophète ? Sens général : Porte-parole de Dieu. Premier personnage biblique qualifié de prophète ? Abraham (cf. Gn 20.7 mais en tant qu’intercesseur selon toute vraisemblance). Sinon, Moïse qui annonce qu’un autre prophète comme lui viendrait un jour (cf. Dt 18.15-18).

Trois caractéristiques :

-Prodige : Nombreux sont les prophètes thaumaturges (faiseurs de miracles) qui ajoutent des œuvres surnaturelles à leur prédication pour confirmer leur mission (cf. Moïse en Ex 4.1).

-Prière : Porte-parole de Dieu auprès des hommes, le prophète assure aussi le rôle inverse (porte-parole des hommes auprès de Dieu !) en vertu de sa proximité avec le Seigneur et de sa lucidité sur certaines situations (cf. Moïse et Samuel).

-Persécution : Le prophète est souvent appelé à souffrir (cf. Jérémie). Rares sont les prophètes qui ont totalement échappé à la persécution d’une manière ou d’une autre.

Comment Jésus accomplit-il l’office prophétique ?

En cumulant les caractéristiques d’un prophète : il authentifie son autorité par des miracles, il intercède pour ses disciples (cf. Jn 17.9) et il n’échappe pas à la persécution (cf. Lc 13.33). En même temps, les références à Jésus en tant que prophète dans les épîtres sont rares (cf. Hb 1.2 fait de lui le point culminant des prophètes et 3.1). Pourquoi ?

Parce que Jésus est beaucoup plus qu’un simple prophète :

-Il est celui dont parle les prophéties de l’AT (cf. Lc 24.27 et 1 Pi 1.11).

-Il est le Fils (cf. Jn 3.36)

-Il est le Verbe : il n’est pas seulement le porte-parole mais la Parole (cf. Jn 1.1)

-Il est Dieu : Les titres de Fils et de Verbe impliquent la divinité (cf. Col 2.9).

2. Office sacerdotal

Qu’est-ce qu’un prêtre ? Dans l’AT, le prêtre est l’intermédiaire (médiateur) entre Dieu et les hommes dont le rôle est d’offrir des sacrifices. En tant que représentant du peuple, il se présente devant Dieu pour régler le problème du péché, pour satisfaire la justice de Dieu, pour que le peuple soit pardonné et accepté dans sa présence. Cf. Lévitique et Hébreux 5.

Lien entre la fin de l’Exode et le début du Lévitique :

Problème : Moïse ne peut plus entrer dans le tabernacle (la présence de Dieu) parce que la gloire de Dieu le remplit. Dieu est trop Dieu ! L’homme est trop pécheur pour pouvoir être dans sa présence. Comment faire ? Solution : des sacrifices pour apaiser la colère de Dieu et rentrer dans sa présence.

Comment Jésus accomplit-il l’office sacerdotal ? Cela relève plus du discernement théologique que de l’évidence :

-Jésus a offert un sacrifice parfait et suffisant pour régler le problème du péché

Jésus n’a pas offert le sang d’un animal (cf. Hb 10.4) mais son propre sang, c’est à dire lui-même (cf. Hb 9.26). Il est à la fois le sacrifice nécessaire pour régler le problème du péché et le prêtre qui a offert le sacrifice. Sur la croix, Jésus a offert un sacrifice parfait et suffisant (une bonne fois pour toutes) pour régler le problème du péché, pour satisfaire la justice de Dieu, pour que le peuple soit pardonné et accepté dans la présence de Dieu.

Application : Si vous avez placé votre confiance en Jésus, vous n’avez plus rien à faire pour être plus pardonnés et acceptés dans la présence. Jésus a tout accompli pour vous.

-Jésus nous permet de nous approcher de Dieu et de rentrer dans sa présence en permanence

Dans l’AT, le prêtre offrait des sacrifices, s’approchait de Dieu et rentrait dans sa présence en lieu et place du peuple de temps en temps. Jésus fait beaucoup plus que ça : il est entré dans la présence de Dieu une bonne fois pour toutes et nous permet de nous approcher de lui et de rentrer dans sa présence en permanence (cf. Hé 10.19-22 et Mt 27.51).

Application : Si vous avez placé votre confiance en Jésus, vous n’avez besoin de personne d’autre pour vous approcher de Dieu et pour rentrer dans sa présence.

-Jésus intercède pour nous continuellement

Prière sacerdotale de Jésus en Jean 17 (prière d’intercession pour la sanctification de son peuple). Après sa mort et sa résurrection, Jésus est entré dans le Temple des cieux, où il se trouve à l’heure où nous parlons. Aujourd’hui, Jésus vit continuellement dans la présence de Dieu le Père pour intercéder en notre faveur (cf. Hé 7.25)1.

3. Office royal

Deux mots en hébreu :

Melek : Prince, leader qui détient le pouvoir politique. En Israël, le melek succède aux juges et a pour mission de conduire les armées, de sauver le peuple de ses ennemis et de le guider. Dieu avait prévu de donner un roi à son peuple très tôt (cf. Gn 49.10 et Dt 17.14 accompli en 1 S 8). Mais l’espérance juive s’est progressivement portée sur un futur roi appelé Messie.

-Masiah : A partir de quel moment ? Cf. Psaume 2.2 et 2 Samuel 7.14-16. A partir de là, les prophètes vont annoncer la venue d’un Messie, descendant de David, qui viendra les sauver et régner sur eux pour toujours.

Messie (oint, Christ). En hébreu, toute personne ayant reçu l’onction en signe de consécration en vue d’une fonction particulière au service de Dieu et de son peuple (cf. Ex 29. 7 et 1 S 2.10). Ce terme peut donc s’appliquer à tous les rois de l’AT et pas seulement au Messie.

Comment Jésus accomplit-il l’office royal ?

Deux certitudes :

-Jésus n’est pas roi au sens politique (humain) du terme : un guerrier qui libère Israël de la domination romaine.

-Royauté clairement attestée dans le NT :

-Sa dignité royale est annoncée dès sa naissance (cf. Lc 1.32).

-Jésus n’a pas refusé ce titre (cf. Jn 1.49).

-Témoignage involontaire de la royauté universelle de Jésus sur la croix (INRI : Iesus Nazarenus Rex Iudaeorum en hébreu, latin et et grec).

-Roi des rois (cf. Ap 17.14 et 19.16)

-Dans quel sens Jésus est-il donc roi ?

– « Jésus est une espèce nouvelle de roi » (Emile Brunner dans sa Dogmatique).

-Son royaume n’est pas de ce monde (cf. Jn 18.36).

-Jésus est roi dans le sens où il est le roi du royaume de Dieu :

-Un roi promis : annoncé dans l’AT (l’héritier des promesses à Abraham et à David)

-Un roi pas comme les autres : roi-serviteur qui libère son peuple de l’esclavage du péché en souffrant, mourant à sa place et en ressuscitant (cf. Es 53).

-Un roi éternel : dont le règne est éternel (cf. Dn 7 et Lc 1.33).

-Un roi tout-puissant : qui a reçu tout pouvoir sur la terre et dans les cieux (cf. Mt 28.18) et qui règne souverainement sur tout (cf. Eph 1.20-22) et sur l’église dont il est la tête (cf. Col 1.18).

Complément doctrinal

L’ordre des offices dans le ministère de Jésus : L’ordre de ces offices correspond à l’ordre chronologique du ministère de Jésus : Jésus fut prophète pendant son ministère terrestre basé sur la prédication de l’évangile, prêtre quand il s’est sacrifié à la croix pour le pardon de nos péchés puis roi quand il est ressuscité et monté au ciel.

Par Jonathan Chaintrier

1Eusèbe de Césarée (265-340), apologète chrétien, avait décrit Jésus en ces termes.

1Par sa présence perpétuelle auprès du Père, Jésus fait office de médiateur qualifié entre Dieu et les hommes qui veulent s’approcher de lui.

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...