Amos 3 – Ecoutez bien cette parole.

Etude réalisée par Sarah Mullen, responsable de l’équipe IFES , dans le cadre du projet Canevas, Février 2004.

  Arrière-plan :

Le royaume d’Israël avait été divisé en deux vers 930 av. J-C. Le royaume du sud s’appelait Juda (capitale : Jérusalem), et le royaume du Nord s’appelait Israël (capitale : Samarie). Amos prophétisait en Israël vers 750 av. J-C. Trente ans plus tard, Samarie allait être prise par l’Assyrie, et le peuple du royaume du nord allait être exilé comme punition pour leurs péchés, et ne rentrerait jamais.

Aux chapitres 1 et 2, Dieu a condamné les nations voisines d’Israël ainsi qu’Israël lui-même pour leur péché.

Etude :

        • V. 1-2 :
          • Que Dieu leur rappelle-t-il ? Quelle est leur identité ?
          • Est-ce que cela veut dire qu’ils n’ont rien à craindre ?
        • V. 3-8 :
          • Quelles sont les phrases et les idées répétées dans ces questions ?
          • De quel type de situation parlent-elles ?
          • Quel est le message qu’Amos veut communiquer par ces questions ?
          • Qu’est-ce qu’on apprend au sujet du rôle des prophètes ?
          • Quelle était l’attitude du peuple vis-à-vis des prophètes (ch. 2 v.12) ?
          • En quoi les versets 3-8 sont-ils une réponse à cette attitude ?
        • V. 9-10 :
          • Les gens d’Asdod et d’Égypte étaient des ennemis bien connus d’Israël. Quel est leur rôle dans cette situation ?
          • Pourquoi cela aurait-il fait honte aux Israélites ?
          • Sur quels péchés d’Israël Dieu se focalise-t-il ici ?
        • V. 11-15 :
          • Quelle sera la conséquence de leur péché ?
          • Est-ce qu’il y a un espoir pour quelques-uns d’échapper au jugement ?
          • le v. 14 fait référence à un épisode de 1 Rois 12:26-33. Lisez ce passage. De quel péché est-il question ici et pourquoi est-ce si grave ?

      Comment résumer le message de ce chapitre (v.1-15) ?

Lisez Amos ch.3

Applications :

    • Les Israélites auraient dû écouter les prophètes, même (surtout!) quand ils prêchaient le jugement. La parole de Dieu pour nous est la Bible entière. En existe-t-il des parties que nous essayons d’éviter, surtout quand il s’agit d’un message de jugement ?
    • Les péchés relevés dans ce passage sont cités aux v. 10 et 14. De quelle manière sommes-nous coupables de ces péchés ?
      Exemples : Agissons-nous avec droiture dans nos relations personnelles ? Sommes-nous cupides et essayons-nous d’avoir tout ce que nous voulons (même si nous n’utilisons pas « la violence et la rapine » pour l’obtenir) ? Sommes-nous coupables d’idolâtrie en accordant la première place dans notre vie à des choses ou à des personnes, au lieu de la donner à Dieu ? Ou mettons-nous notre confiance ?
    • Pourquoi mentionner les crimes des autres nations qui ne concernent pas Israël, alors que le message principal est pour celui-ci ? Que pouvait penser le peuple en apprenant la ruine des nations environnantes ?
    • Sommes-nous convaincus du jugement à venir ? Par quel comportement montrerions/prouverions-nous une telle conviction ? (pour des chrétiens et des non-chrétiens).
      (Note : Les Israélites à l’époque étaient sous l’alliance de Sinaï selon laquelle leur position devant Dieu dépendait en partie de leur obéissance. Quant à nous, si nous sommes chrétiens, nous sommes sous la nouvelle alliance ; et dans celle-ci, Jésus a déjà fait tout ce qu’il fallait pour assurer notre position devant Dieu (Romains 5 v.1, etc.). Ceci dit, le Nouveau Testament donne de nombreux avertissements à ceux qui se disent chrétiens, mais qui ne montrent pas un changement de comportement et un désir d’obéir à Dieu (1 Corinthiens 6 v. 9-11, etc.) Ceux-là ne peuvent pas espérer échapper au jugement de Dieu.)
Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *