1 R 15.25-16.29 – Le cycle d’Élie (1)

Mauvaise série

 

Grande instabilité politique

Jéroboam avait instauré l’idolâtrie en Israël pour avoir un royaume stable (1 R 12.28.33). Ce passage nous donne le résultat de cette politique : 6 rois en 38 ans (15.25, 15.33, 16.8, 16.15, 16.23) suite à deux complots meurtriers, un suicide et une mini-guerre à l’intérieur de l’armée ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que les veaux d’or ne leur ont pas « porté chance » puisqu’aucun n’a pu installer de dynastie durable sur le trône. Cette malédiction va continuer mais l’auteur du livre des rois va choisir de faire un gros plan sur la lignée d’Omri (16.23). Non pas parce que c’est lui qui a institué Samarie comme capitale d’Israël (16.24) ou parce qu’Achab (16.29) et ses deux fils seront des rois exemplaires (c’est très loin d’être le cas en matière spirituelle) mais parce que deux prophètes exceptionnels vont être envoyés par Dieu pour justement les reprendre : Élie et Élisée.

Pendant ce temps-là à Jérusalem…

L’instabilité politique d’Israël est soulignée par le fait qu’à chaque fois qu’un changement de roi est effectué, l’auteur situe son règne par rapport à celui du roi de Juda qui, lui, est toujours le même ! Asa, arrière-petit-fils de Salomon, fidèle à l’Éternel, est fermement établi sur son trône. Son règne durera 45 ans… parce que Dieu le lui a permis.

Châtiment

En attendant les deux prophètes stars, Dieu a envoyé Ahiya de Silo et Jéhu pour prévenir respectivement Jéroboam (29) et Baécha (16.1) des catastrophes qui allaient arriver à leur progéniture. Et le texte insiste pour dire que tout s’est accompli conformément à leur parole (29, 16.1, 16.12) afin de démontrer que ce ne sont pas des événements contraires dus à la malchance qui ont causé la chute des rois, mais c’est parce Dieu est intervenu contre eux. Leur crimes sont d’ailleurs mentionnés tels des chefs d’accusation justifiant leur condamnation (30, 16.7, 16.13, 16.19). Dieu n’a pas abandonné le royaume du nord, il veut que son peuple revienne à Lui alors ses dirigeants, qui devraient donner l’exemple, sont traités de manière… exemplaire ! Comme c’est stupide de se couper de la source de toute bénédiction ! Cela mène forcément à la catastrophe.

Tentation

Quand Satan a voulu faire tomber Jésus, il a utilisé les mêmes armes qu’avec les rois d’Israël : proposition d’abuser de son pouvoir, de rechercher la gloire et le pouvoir et d’être idolâtre. Heureusement que Jésus a préféré rester fidèle à Son Père ! C’est d’ailleurs pour cela que « Dieu l’a élevé à la plus haute place et il lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, pour qu’au nom de Jésus tout être s’agenouille dans les cieux, sur la terre et jusque sous la terre,et que chacun déclare : Jésus-Christ est Seigneur à la gloire de Dieu le Père. » (Ph 2.9-11)

 Application

→ Dans le Royaume de Dieu les valeurs sont inversées : ceux qui reconnaissent qu’ils ne peuvent rien sans l’aide de Dieu, qui pleurent sur leur Péché, qui sont humbles, doux, qui recherchent la justice et la paix ou même qui subissent la persécution sont heureux, bénis par Dieu (Mt 5.3-12). Alors que ceux qui veulent gagner leur vie la perdent (Mt 16.25), ceux qui se croient riches (Mt 19.16-30) ou puissants (Mt 16.25) sont en fait perdus. Ceux qui croient être les premiers se retrouvent derniers parce que leur orgueil les a aveuglé et ceux qui croyaient être les derniers, grâce à leur foi en Jésus deviennent les premiers (Mt 19.30).

→ Soyons comme Jésus et ne nous laissons pas berner par ce qui paraît honorable aux yeux de ceux qui se perdent. Vivons dès à présent les normes du Royaume éternel.

Facebooktwittermail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *