1 R 16.29-17.7 – Le cycle d’Élie (2)

Menace et espoir

 

Portrait d’un mauvais roi (29-33)

Achab réussit le véritable exploit de faite pire que Jéroboam ! Comment ? En instituant et en encourageant officiellement le culte de Baal et Achéra, les dieux de sa femme Jézabel, en Israël. Là où les veaux d’or de Jéroboam auraient pu être vu comme des représentation (coupables) du seul vrai Dieu, Achab passe un nouveau cap : il fait entrer le paganisme par la grande porte dans le royaume du nord. Nous verrons plus loin que cette décision ne va pas aboutir à un pluralisme religieux tel qu’il est apprécié en occident au XXIème siècle mais à une prise de contrôle de la reine qui va imposer le culte de ses idoles. En vérité, Achab est un roi faible qui va laisser les rênes du pouvoir à Jézabel.

Sentences pédagogiques (16.34-17.1)

Du coup, est-ce Baal et sa parèdre (la déesse à ses côtés) qui dirige désormais la destinée du royaume ? On sait que non grâce à deux épisodes :

  1. La reconstruction de Jéricho : Dieu accomplit la malédiction de Josué (Josué 6.26) trois siècles après que celui-ci l’a prononcée. Cette petite parenthèse montre que même si les hommes du nord partent en vrille, c’est toujours Dieu qui est maître de la situation.
  2. Élie, prophète de l’Éternel, paraît pour montrer à Achab que Baal, censé être le dieu de la pluie et de la fertilité, n’a aucun pouvoir face au Seigneur de l’Univers : il ne pleuvra plus pendant plusieurs années. Le match pour savoir qui est le seul vrai Dieu peut commencer !

Prophète en attente (2-7)

En attendant la sentence, Dieu dit à Élie de se cacher dans le désert où, comme les hébreux après la sortie d’Égypte, Il va le nourrir miraculeusement. Puis comme un signe que la parole d’Élie est bien en train de s’accomplir dans le royaume du nord, le torrent s’assèche.

 Application

→ Que faire quand la société devient folle ? Élie nous donne une réponse intéressante : il provoque une comparaison entre Dieu et Baal afin de montrer que l’idolâtrie ne fonctionne pas et que s’éloigner de la loi de Moïse mène droit dans le mur. Aujourd’hui, notre civilisation occidentale a l’air d’aller très bien : tout le monde a son smartphone, peut faire ce qu’il veut avec son corps et trouver son plaisir où il le souhaite. Mais il est facile pour les chrétiens de trouver des informations, des chiffres qui montrent que les choses ne vont pas si bien que ça : le nombre de divorces, de suicides, la fracture sociale, etc. Même dans un pays riche vivre sans Dieu a des conséquences très négatives, à nous de les dénoncer !

→ Pourquoi Élie a-t-il choisi une sentence aussi longue ? Il aurait pu demander à Dieu de faire exploser toutes les idoles afin de tous voient immédiatement leur inutilité ! Au lieu de ça, il doit attendre plusieurs années avant de revenir. Nous devons y voir le temps de la prise de conscience du peuple et de ses dirigeants. Une longue agonie est parfois (souvent ?) plus efficace qu’une manifestation éclatante. Alors ne soyons pas trop pressés de voir Dieu agir puissamment et reconnaissons que notre impatience est souvent très égoïste car nous pensons plus à notre propre satisfaction de voir les choses se dérouler selon notre plan qu’un bien d’autrui qui a besoin de temps pour se repentir. Prions fidèlement pour que le plan de Dieu s’accomplisse et… soyons prêts à agir dès que Dieu nous le demandera.

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *