Top 5 des plus grosses ordures

Ils sont fourbes, ils n’ont aucune morale, ils causent des problèmes parce qu’il n’y a qu’eux qui comptent. Qui sont les 5 personnages bibliques qui mériteraient le plus de baffes (hors psychopathes car, eux, ils font trop peur) ?

 

  • n°5. Juda, le beau-père injuste

Ce fils de Jacob s’est surtout illustré par son attitude très contestable à l’égard de sa belle-fille Tamar (Gn 38). La pauvre est tombée dans la mauvaise famille : Dieu fait mourir son mari Er parce qu’il est mauvais (on n’en sait pas plus) et normalement son beau-frère Onân doit lui donner une descendance (c’est la fameuse loi du Lévirat) afin qu’elle ait un héritage. Mais celui-ci pratique le coït interrompu à chaque fois qu’il a des rapports sexuels avec elle pour ne pas honorer ses engagements… ce qui lui vaut d’être châtié de mort par Dieu à son tour ! Il reste un troisième beau-frère qui pourrait enfin lui donner un enfant mais il est trop jeune alors elle attend patiemment chez ses parents qu’il grandisse… mais pas de nouvelles ! Alors pour avoir une descendance ce cette fichue famille, elle décide d’employer la ruse : elle se déguise en prostituée sacrée et se fait aborder par Juda (prouvant ainsi que les valeurs de ses fils venaient bien de quelque part) qui couche avec elle ! Quand elle est enceinte sa prostitution à usage unique s’ébruite et quand Juda l’apprend il ordonne qu’on la mette à mort (car elle a trahi l’honneur de la famille). Heureusement pour elle, Tamar avait gardé des effets personnels de son beau-père afin de démontrer son stratagème et l’histoire se termine par ces mots de Juda : “Elle est plus juste que moi ; elle a fait cela parce que je ne l’ai pas donnée pour femme à mon fils Shéla.”

En fait Juda est une ordure modérée car il reconnaît ses torts dans le cas de Tamar, obtient de ses frères de vendre Joseph plutôt que de le tuer (Gn 37.26-28) et se propose même d’être emprisonné à la place de son frère Benjamin (Gn 44). Bref, c’est une ordure qui a des scrupules… une ordure qui nous ressemble tant !

  • n°4. Manassé, le roi le plus idolâtre

Ce roi de Juda prouve une fois encore qu’on peut être le fils d’un grand homme, le roi Ézéchias, et être vraiment mauvais. Alors que son père avait été fidèle à l’Éternel pendant toute sa vie, débarrassant le pays de toutes ses idoles, rénovant et purifiant le temple de Jérusalem, lui a fait tout le contraire : ré-instauration du culte de Baal et Astarté ainsi que des autels païens dans le temple, occultisme, persécutions féroces des véritables prophètes de l’Éternel (dont Ésaïe qu’il aurait fait scier d’après la tradition rabbinique) et même sacrifice de son propre fils qu’il fit immoler par le feu. Seule circonstance atténuante, après avoir été châtié par Dieu (exil en Assyrie) il s’est repenti et a restauré le véritable culte quand il est revenu à Jérusalem. C’est donc une bonne fin pour lui mais… le peuple ne l’a pas suivi dans son virage à 180° et à cause de “l’ensemble de son oeuvre” Dieu décréta que les judéens seraient déportés, ce qui arriva 2 générations plus tard. Comme quoi revenir sincèrement vers Dieu n’empêche pas d’assumer les conséquences de ses actes antérieurs. (2 R 21, 2 Ch 33)

  • n°3. Laban, le tonton digne de son gendre (et vice versa)

Quand Jacob arrive chez son oncle, sa vie peut se résumer à “j’arnaque mon frère et mon père avec la complicité de ma mère” : Très sympa cette famille ! Mais quand il est obligé de fuir loin de la fureur d’Ésaü, Jacob trouve son maître en matière de malhonnêteté. En effet, alors qu’il a bossé pendant 7 ans pour payer la dote (exorbitante) lui donnant le droit d’épouser sa cousine Rachel, tonton Laban inter-change ses filles pendant la nuit de noce. Ce qui vaut à Jacob de bosser 7 années supplémentaires pour avoir celle qu’il aime. Mais même après 14 ans de travail, il n’a aucun bien en propre pour faire vivre ses 2 femmes et ses 13 enfants ! Il accepte donc de travailler encore 6 ans histoire de repartir avec du bétail. Mais il fait une proposition surprenante à Laban : il repartira avec les bêtes tachées ou rayées… sachant qu’il y en a très peu. Et c’est là qu’on voit la profondeur du vice de Laban : il planque le peu de bêtes bicolores de son troupeau (Genèse 30.35-36) et il change plusieurs fois les conditions du marché (Gn 31.8) ! Heureusement, Dieu a tout de même béni Jacob… mais on pourra remarquer que pour lui faire payer sa fourberie envers son frère Ésaü il en a fait le jouet du manipulateur, du perfide tonton Laban.

  • n°2. Yehoyaqim, le roi qui croyait être un stratège

Il n’est pas le souverain le plus connu de la Bible mais il a joué un rôle extrêmement important dans l’histoire de Juda. Comme vous le savez peut-être, les israélites ont toujours été pris en étau entre 2 empires : Au sud l’Égypte, au nord la Mésopotamie (à l’ouest c’est la mer et à l’est le désert). À l’époque de Yehoyaqim, Babylone (au nord) est la puissance montante du proche-Orient et elle menace très sérieusement le petit royaume. Jérémie prophétise déjà depuis quelques années (comme Habaquq) qu’il est inutile d’essayer de lui résister car c’est Dieu Lui-même qui envoie cet ennemi pour châtier l’infidélité viscérale des judéens. Pourtant le roi ne veut rien entendre et préfère nouer une alliance avec l’Égypte (qui l’a placé sur le trône) pour tenter de résister. Il a pleinement manifesté son mépris de la volonté de Dieu quand on lui a apporté une bonne partie des prophéties écrites de Jérémie : au fur et à mesure qu’on les lui lisait, il découpait les morceaux de rouleau et les jetait dans le brasero à côté de lui (Jérémie 36). Imaginez-vous à la place de Baruch, le secrétaire du prophète, écrire les ⅔ du livre actuel de Jérémie avec un bout d’os sur une peau de mouton. Ça prend combien de semaines ? Yahoyaqim a anéanti tout ce travail en quelques minutes ! Mais le pire n’a sûrement pas été de devoir tout recommencer mais plutôt de voir cet imbécile de roi s’appuyer sur le petit roseau qu’était l’Égypte au lieu du Divin Rocher (Ez 29.6). À force de se rebeller contre la puissance de Babylone, Yahoyaqim provoquera la première grande déportation de l’élite judéenne (dont Ézéchiel) et finira par être déposé par Nabuchodonosor. L’Égypte n’a pas été d’un grand secours… et elle ne le sera jamais puisque Jérusalem va être rayée de la carte par les babyloniens 10 ans après. Certes, cette fin était inéluctable ; mais Yehoyaqim aurait pu changer la manière dont elle s’est produite…

  • n°1. Hérode Antipas, le renard

Il est fils d’Hérode le Grand psychopathe, il a été élevé à Rome, il règne sur une partie de la Palestine alors qu’il n’a peut-être pas une seule goutte de sang juif et il a la chance de rencontrer les 2 hommes les plus importants que cette terre ait jamais portée. Malheureusement, c’est pour participer activement à leur mise à mort. Il a fait couper la tête de Jean-Baptiste car sa femme et belle-soeur Hérodiade, nouvelle Jézabel, l’avait exigée sur un plateau. Même si le prophète était critique à son égard, Antipas était contre l’idée de le tuer car il l’estimait. Mais comme Achab avant lui, il a été faible et a cédé à l’influence féminine. Son rapport avec Jésus a été plus complexe : d’abord de la crainte car il pensait que Jean-Baptiste était ressuscité. Ensuite, il a considéré le Seigneur tantôt comme un fauteur de trouble à abattre (Luc 13.31), tantôt comme une bête de cirque pouvant faire des miracles divertissants (Luc 23.8). Mais quand Jésus a comparu devant lui, il a été très déçu par son attitude pas du tout impressionnante ; il est donc passé à la phase mépris en autorisant le fameux épisode du Roi des rois déguisé en roi de pacotille (Luc 23.11).  Il n’a pas été capable de comprendre que dans cette scène le roi de pacotille c’était lui ! Il s’en est finalement remis au jugement de Pilate le romain, se servant de Jésus pour s’en faire un ami. Quelques temps après, Antipas le renard, toujours sous l’influence d’Hérodiade son mauvais génie, a combattu son propre frère pour prendre le contrôle de la Judée mais l’empereur Caligula tranche en sa défaveur. Antipas et Hérodiade finiront leur jour en exil… en France à Saint-Bertrand-de-Comminges !

Antipas n’est pas le pire des hommes mais rien qu’à cause de l’importance des 2 hommes qu’il a fait supprimer il mérite bien la première place de ce classement.

 

 

 

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *