Nombres 9.1-14 – Organisation des troupes (13)

UNE PÂQUE PAS CONTESTÉE

Le v.1 indique que les Israélites sont dans le désert depuis 2 ans. Comment fêter la Pâque, la sortie d’Egypte, alors que pour l’instant ils n’ont pas vu la couleur du pays promis et que le trajet semble traîner en longueur ? Pourtant, lorsque Dieu ordonne aux Israélites de célébrer la Pâque, ils ne font pas de chichis. Le v.4 insiste bien sur le fait qu’ils sont au beau milieu du désert : « ils célébrèrent la Pâque […] dans le désert du Sinaï ». Mais malgré ces circonstances peu optimales et peu enthousiasmantes, les Israélites obéissent.

Mieux encore ! Ceux qui ne peuvent pas participer à la Pâque pour un problème d’impureté cherchent comment ils peuvent malgré tout obéir aux ordres de l’Eternel. Et ce, non parce qu’ils regrettent de ne pas faire la fête avec tout le monde mais parce qu’ils souhaitent « présenter l’offrande de l’Eternel » (v.7).

Dieu en profite alors pour donner l’occasion à tous ceux qui sont des « cas particuliers » de célébrer la Pâque : non seulement les impurs mais aussi les voyageurs et les étrangers. Personne n’a ainsi d’excuse pour ne pas obéir à Dieu ou, vu de manière plus positive, tout le monde a la chance de pouvoir lui obéir.

 

APPLICATION

On ne fait pas toujours preuve du même zèle que les Israélites ont eu dans ce passage pour obéir à Dieu. Il arrive que les circonstances nous arrangent bien :  « Je n’avais pas de monnaie au moment où l’on collectait de l’argent pour cette cause exceptionnelle… bon tant pis » (est-ce que je ne pourrais pas trouver un moyen de donner malgré tout ?) ; « Ils ont trouvé ce qu’il fallait comme volontaires pour faire le ménage à la fin du week-end GBU / d’église… bon ben, je vais me poser quelque part » (est-ce que je ne pourrais pas aider malgré tout ?) ; « Je ne pourrai pas être à la soirée prière de mon GBU / de mon église organisée pour tel sujet… dommage » (est-ce que je ne pourrais pas dégager du temps à un autre moment pour prier personnellement pour cela ?) ; « Je ne suis pas assez musclé(e) pour aider cette vieille dame à porter sa grosse valise » (est-ce que je ne pourrais pas au moins proposer qu’on la porte à deux ?).

Réfléchissons à toutes ces fois où nous ne sommes pas zélés et demandons pardon à Dieu pour cela.

 

Marie-Aude R.

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *