Nombres 7.89-8.1-26 – Organisation des troupes (12)

EN PRÉSENCE DE DIEU

 

Plongée dans le tabernacle

Ca y est, le tabernacle est dressé et consacré. Mais est-ce ça qui compte ? Le tabernacle en lui-même ne servirait à rien s’il ne permettait pas la relation entre Dieu et son peuple, d’où la petite parenthèse de 7.89 à 8.4.

La présence de l’Eternel est manifeste au sein du lieu très-saint, là où se trouve l’arche de l’alliance. C’est là que Moïse s’entretient avec l’Eternel, en grand privilégié puisque normalement seul le grand-prêtre est autorisé à y entrer.

Dans le lieu saint, séparé du lieu très-saint par un rideau, le chandelier doit éclairer « en face » la table des pains consacrés. Le sens de cette table n’est pas explicite mais il semble que les 12 pains sans levain rappellent la façon dont les 12 tribus ont été libérées de l’esclavage en Egypte (cf. Lv 24.5-9 qui parle de « souvenir »). Cette zone du tabernacle est donc un rappel du lien spécial qui unit les Israélites à Dieu.

Au service de sa majesté

Après avoir fait des dons matériels, les Israélites font désormais des dons humains : ils offrent littéralement (8.13) les Lévites pour qu’ils se consacrent au service de l’Eternel. Mais cette fois-ci, il s’agit d’un don particulier : c’est une sorte de substitution. La substitution est la clé pour comprendre 8.5-26 : l’un prend la place qu’aurait dû occuper l’autre et le « transfert » se fait en posant les mains sur celui qui prend sa place en symbole d’identification.

Ainsi, les Lévites sont consacrés à Dieu à la place des aînés des Israélites qui devaient appartenir à Dieu à la suite du dernier fléau en Egypte (8.16-18). Et les Israélites posent alors leurs mains sur les Lévites pour montrer que ces derniers les remplacent (v.10).

Mais les Lévites ne sont pas moins pécheurs que les autres Israélites. A leur tour, ils doivent poser leurs mains sur la tête des taureaux qui mourront à leur place pour leurs péchés (v.12). Ils doivent aussi passer par tout un processus de purification (v.5-7) qui leur rappelle qu’autrement, ils ne pourraient pas s’approcher du tabernacle (v.19).

 

APPLICATION

Pour le peuple d’Israël, être en présence de Dieu était un réel privilège. Sans cesse, ils voyaient concrètement qu’ils ne méritaient pas de s’approcher de Dieu. Et en même temps, Dieu avait mis en place un système leur permettant de profiter de sa présence.

Grâce à Jésus, qui s’est substitué à nous de façon définitive, nous sommes en permanence en présence de Dieu. Son Esprit nous permet de nous entretenir avec Dieu en illimité. Réalisons-nous ce privilège ? En profitons-nous ? Par exemple, passons-nous du temps à parler à Dieu ?

 

Marie-Aude R.

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *