Le témoignage V : 1 Thessaloniciens 1

Cette série de méditations bibliques porte sur le témoignage. Pour cela nous parcourons des textes du Nouveau Testament et essayons de comprendre quels sont les enseignements et encouragements que nous donne la Bible.

 La lettre : La prédication de la Bonne Nouvelle rencontrant un franc succès à Thessalonique, des juifs jaloux ripostent et commencent à persécuter les chrétiens. Cela va entrainer le départ de Paul et son équipe, qui vont se faire du souci pour les jeunes convertis qu’ils laissent derrière eux, dans une atmosphère loin d’être paisible. En effet, même si certains des juifs convertis au christianisme font aussi partie de cette église, les chrétiens de Thessalonique seraient plutôt d’origine non juive, ce qui, au vu de l’épitre aux Thessaloniciens, pouvaient rendre jaloux les juifs. En effet, cela voulait dire que ces gens-là étaient considérés comme membres de la famille de Dieu alors qu’ils n’étaient même pas passés par la « case : synagogue » !

La foi, c’est comme le bifidus !

Connaissant le contexte d’écriture de cette lettre, on peut comprendre que Paul veut encourager les Thessaloniciens en leur apprenant que leur nouvelle identité en Christ est visible, qu’ils la vivent et que ça se voit : on en parle « dans la Macédoine et dans l’Achaïe » (7, 8), et c’est à cause/grâce à leur foi, leur amour et leur espérance » v3.

L’amour des Thessaloniciens a changé de destinataire et reflète leur conversion (v9). Leur foi est ancrée dans la connaissance d’un Jésus fils de Dieu et ressuscité des morts (v10), et leur espérance est ferme quant au retour de Jésus et à la délivrance de la colère à venir.

Une fois l’Evangile accepté, par leur amour pour Christ, leur foi en sa mort et sa résurrection et leur espérance en son retour et le salut qu’il offre, ces chrétiens sont devenus des imitateurs de Paul et de Christ lui-même. (6). Et alors qu’ils ont imité, ils sont aussi imités, ou appelés à l’être ; ils deviennent eux-mêmes des « modèles pour tous les croyants de la Macédoine … »v7.

Jésus et l’Esprit, agissant à l’intérieur, se voient à l’extérieur !

De témoignage en nouveaux témoins

On peut comprendre le rappel régulier du Dieu trinitaire (1, 3, 5, 6, 9, 10) comme une volonté de la part de Paul de continuer à mettre l’accent sur les causes de la foi qu’il a en commun avec les Thessaloniciens et qui sont notamment les principaux points sur lesquels ils peuvent être attaqués par les juifs. Ce rappel se veut un encouragement à garder les bases en tête, les fondements de leur foi bien en vue. De la même manière, la première moitié de ce passage rappelle des éléments qui peuvent déjà être connus des Thessaloniciens mais qui peuvent les aider, leur remettant à l’esprit que Dieu les a choisis, et qu’ils ne peuvent accomplir ce qu’ils font que par ce que Dieu leur a permis d’entendre, de vivre. Les Thessaloniciens peuvent témoigner parce qu’ils ont eux-mêmes bénéficié de témoignages qui les ont aidés à connaître la puissance de Jésus.

APPLICATIONS

– Prenons le temps de nous rappeler ce en quoi nous croyons et pourquoi ; comment Dieu a-t-il montré sa puissance dans nos vies ? Qui a-t-il utilisé sur notre chemin ?

– Les Thessaloniciens ont une foi agissante, un amour au travail et une espérance ferme : les gens autour de nous pourraient-ils en dire de même pour nous ? Que mettre en place très concrètement dans ma vie pour m’améliorer dans ces domaines ?

– Tout comme Jésus le fit dans les béatitudes, Paul ne nie pas ici les difficultés pouvant être rencontrées lors de l’annonce du message de l’Evangile ; certains étudiants que nous rencontrons ont bien des arguments à opposer à la foi, à Dieu, la résurrection de Jésus et leur besoin de salut ; n’oublions pas non plus parfois de nous demander ce que ça pourrait leur coûter, dans leur vie, d’accepter ce message. On pense souvent à tout ce que ça apporte (et c’est certes le must !) mais peut-être que, pour eux, l’épreuve de devoir aller à l’encontre de toute une société, une famille, des idées sur la vie est une bonne explication de leur réaction. La joie, l’espérance de ce qu’on annonce doit nous permettre de les encourager à réfléchir et à voir là où est la vérité.

 

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *