Romains 7.1-25

Note pour l’animateur : Il est recommandé à l’animateur de lire l’introduction à l’épître de Paul aux Romains ici.

Etude réalisée en mars 2005 dans la série de canevas sur l’épitre aux Romains.

Note pour les animateurs

Depuis le début de la lettre de l’apôtre Paul aux Romains, nous avons rencontré la notion de la « loi ». Romains 7 parle du rôle de la loi dans la vie du chrétien. Il s’agit bien évidemment, non pas de la loi civile ou pénale, mais de la loi de Dieu, connue également sous le nom de « la loi de Moïse ». Celle-ci est exposée dans les 5 premiers livres de l’Ancien Testament et est résumée par les 10 commandements (Exode 20).

Les auteurs de la Bible parlent de la loi de plusieurs manières. Parfois le mot « loi » désigne simplement les 5 premiers livres de l’Ancien Testament, par exemple, Josué 1.7. Ainsi les Juifs connaissaient l’Ancien Testament dans son ensemble sous le nom de ses 3 sections : loi, prophètes, écrits.
Parfois « loi » désignait la parole de Dieu au sens large – Psaume 19.8-11 (à noter : le parallèle entre loi, ordres, commandements). Dans Romains 7, l’apôtre Paul en parle à plusieurs reprises, mais le sens qu’il donne au mot « loi » n’est pas toujours le même. Par exemple, aux versets 21 et 21 Paul emploie le mot « loi » en lui donnant le sens de « principe ».

INTRODUCTION

Mis à part le christianisme, aucun système de pensée n’arrive à expliquer le phénomène du péché chez l’homme. Soit ils nient sa réalité, soit ils ne le prennent pas au sérieux. Voici deux exemples :

  • L’homme n’est qu’une machine. Certes, cette machine est complexe et très sophistiquée.
  • Une distinction profonde existe entre le corps et l’esprit chez l’homme. Le corps est fait de matière. Comme le mal n’existe que dans la matière, le corps est mauvais, mais l’esprit de l’homme n’est pas touché par le mal.

Quelle vision du péché donnera chacun de ces modes de pensée ?

L’étude de Romains 7 nous montrera que seulement le christianisme nous incite à prendre le péché au sérieux.

LE PRINCIPE ET SES ILLUSTRATIONS (7.1-3)

Quel est le principe que l’apôtre Paul établit au 1er verset.

L’APPLICATION DU PRINCIPE (7.4-6)

Par rapport aux illustrations de 7.2-3, il y a eu un glissement dans l’argument de Paul.

  1. Selon lui, qui est mort maintenant ?
  2. Pourquoi trouvez-vous étonnante cette conclusion ?
    Selon l’apôtre Paul, il existe un lien fort entre la chair, le péché et la mort.
  3. Avant notre mort, évoquée au verset 6 qu’est-ce qui nous tenait captifs ?

DÉVELOPPEMENT : l’effet de la loi sur l’homme pécheur (7.7-25)

Paul semble vouloir éviter à tout prix de dénigrer la loi.
Trouvez tous les versets dans le passage qui indiquent que la loi est bonne.

  1. Pourquoi donc quelque chose qui est bon peut-il produire un si mauvais résultat ?
  2. Quelle est donc la fonction de la loi vis-à-vis du péché ?
    « La loi était bonne, mais elle s’est trouvée impuissante et s’est faite détournée par le péché. ». Une telle pensée conduit l’apôtre Paul à dire qu’il est malheureux (verset 24)
  3. Quelle est l’issue de cette impasse selon lui ?

CONCLUSION

La vision chrétienne du péché chez l’homme (croyant et non-croyant) est subtile, mais puissante car elle correspond à notre expérience.

Discutez ensemble les idées exposées dans les paragraphes suivants :

  • Je suis entièrement responsable de mes mauvaises actions. Je ne peux pas rejeter la faute sur l’autre, car c’est moi-même qui bafoue les commandements de Dieu. L’idée même des commandements sous-entend l’idée que je suis responsable de mes actes.
  • Il y a une force qui agit en moi qui, malgré moi, me tend vers le mal.

Comment ces deux idées peuvent-elles être toutes les deux vraies ?

Remarque : Il s’agit d’une réalité complexe qui s’accorde avec notre expérience de vie.
Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *