APOCALYPSE 21.1-4 : Il y a du nouveau !

Alors je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus. 2 Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la Jérusalem nouvelle, prête comme une mariée qui s’est parée pour son mari. 3 J’entendis du trône une voix forte qui disait : 4 Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.

 

Une belle création (1)

Alors qu’on se trouve dans la toute dernière partie de l’Apocalypse, nous assistons à la disparition… du Péché ! La terre et le ciel entachés par la désobéissance humaine sont remplacés, la mer qui était vue comme l’habitation des forces du mal n’existe plus.

Un beau peuple (2)

Jérusalem, capital d’Israël, ville symbolisant un peuple qui devait être saint, fidèle à son Dieu a failli dans sa mission. Tout au long de son histoire le peuple élu s’est rebellé contre son libérateur jusqu’à… rejeter son fils Jésus ! Une nouvelle Jérusalem, parfaite cette fois-ci, descend donc du Ciel pour la remplacer.

La meilleure situation possible (3-4)

Pour conclure ce tableau, Dieu vient habiter au milieu de son peuple. Peut-il y avoir relation plus étroite ? Non ! La conséquence de la présence de Dieu est alors logique : la fin de toute souffrance, le bonheur absolu. Voilà, on est revenu à la situation d’Eden avant la désobéissance d’Adam… mais avec l’expérience, le souvenir de quelques milliers d’années de Péché. Autant dire que l’allégresse n’en est que plus grande !

 

APPLICATION

  • Nous sommes habitués à vivre dans un monde pollué par le Péché. Et même si nous expérimentons que celui-ci nous rend la vie difficile nous devons avouer que nous nous y sommes bien accoutumés. La conséquence de cela, c’est que la promesse d’un monde parfait est assez inconcevable pour nous car même en faisant marcher notre imagination il y a de grandes chances pour que notre idée de la vie parfaite soit elle-même entachée de Mal !
  • Par contre, nous pouvons nous poser une question simple : sommes-nous heureux dans ce monde-ci ou aspirons-nous à beaucoup mieux ? Dieu, Lui, veut/a prévu beaucoup mieux. Même si nous n’avons pas trop les moyens d’appréhender la nouvelle terre, nous pouvons au moins être désespérés par l’ancienne.
Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *