Comme par hasard… : Esther 6.1-12

6.1 Cette nuit-là, comme le sommeil le fuyait, le roi se fit apporter le livre du souvenir, les chroniques, et on en fit la lecture au roi. 2 Or il était écrit là que Mardochée avait fait un rapport sur Bigtân et Téresh, les deux eunuques du roi, de la garde du seuil, qui avaient cherché à porter la main sur le roi Xerxès. 3 Le roi dit : Quelle promotion honorifique a-t-on conférée à Mardochée pour cela ? Les serviteurs personnels du roi répondirent : On n’a rien fait du tout pour lui !

4 Mais, dit le roi, qui est dans la cour ? C’était Haman qui arrivait dans la cour extérieure de la maison du roi pour demander au roi qu’on pende Mardochée à la potence qu’il avait préparée pour lui. 5 Les serviteurs du roi dirent : C’est Haman qui se tient dans la cour. Le roi dit : Qu’il entre ! 6 Haman entra, et le roi lui dit : Que faire à un homme que le roi désire honorer ? En son for intérieur, Haman se dit : A qui donc le roi désirerait-il faire honneur plus qu’à moi ? 7 Haman dit au roi : Un homme que le roi désire honorer ? 8 Que l’on prenne un vêtement royal que le roi a porté et un cheval que le roi a monté, et sur la tête duquel une couronne royale a été posée. 9 Que l’on confie ce vêtement et ce cheval à l’un des princes du roi, un dignitaire. Qu’on revête ainsi l’homme que le roi désire honorer, qu’on le conduise à cheval sur la place de la ville, qu’on proclame devant lui : « Voilà ce qu’on fait à l’homme que le roi désire honorer ! » 10 Le roi répondit à Haman : Vite, prends le vêtement et le cheval comme tu l’as si bien dit, et agis ainsi en faveur du Juif Mardochée, celui qui est assis à la porte du Roi ; ne néglige aucun détail de tout ce que tu as dit. 11 Haman prit le vêtement et le cheval ; il revêtit Mardochée, le promena à cheval sur la place de la ville et proclama devant lui : « Voilà ce qu’on fait à un homme que le roi désire honorer ! »

12 Puis Mardochée retourna à la porte du Roi, tandis que Haman se précipitait chez lui, en deuil et la tête voilée.

Circonstances étrangement favorables (1-5)

Comme par hasard, la nuit précédant la très certaine pendaison de Mardochée, Xerxès n’arrive pas à dormir et se fait lire des annales en guise de berceuse. Comme par hasard, on lui narre le complot déjoué grâce à Mardochée et il pense à l’honorer alors que ça ne lui avait pas effleurer l’esprit quelques mois/années auparavant. Et comme par hasard enfin, Haman vient sur ces entre-faits pour justement demander à l’empereur l’exécution de Mardochée. On pourrait légitimement se demander s’il n’y a pas Quelqu’un qui tire les ficelles dans cette affaire !

Quiproquo burlesque (6-12)

Cette scène où Haman croit suggérer au roi des honneurs pour lui-même alors que celui-ci les destine en fait à Mardochée est vraiment très drôle ! On imagine d’abord Haman jubiler puis on devine sa tête quand il comprend qu’il ne pourra finalement pas déverser sa haine sur son ennemi juif. Le retournement de situation se profile, Haman connait l’humiliation suprême en étant obligé d’honorer publiquement la seule personne qui lui résiste, celle qu’il déteste le plus au monde ! Contrairement à la section précédente, Haman n’est plus joyeux. Maintenant il est en deuil.

Autre époque, même retournement

1er siècle de notre ère en Palestine. Les juifs, les romains, le diable pensent être débarrassés de Jésus. Il est mort donc la religion, la paix sociale, le temple, la puissance du Péché sont préservés. Ils ont gagné ! Mais quelques jours plus tard, son corps à disparu. Les disciples disent qu’il est ressuscité, la mort a été vaincue, de plus en plus de gens se convertissent, même les païens changent de vie sous l’impulsion de l’Esprit, Jérusalem et son temple finit par être détruite par les Romains. Jésus a finalement gagné.

APPLICATIONS

  • Combien de fois Dieu nous a-t-il sauvé la mise, à notre insu, en faisant concorder toutes les circonstances ? Il est le grand maître des puzzles et autres casse-têtes !
  • Un chrétien aime Dieu et son prochain d’abord pour honorer Jésus qui l’a sauvé dans ce but. Mais il arrive parfois qu’il y ait des conséquences pratiques très agréables à ces œuvres découlant de la foi : des personnes peuvent voir les bons fruits produits par les enfants de Dieu et les récompenser pour cela. Si faire le mal n’est jamais gratuit, faire le bien non plus !
Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *