Jour décisif : Esther 9.1-19

9.1 Le treizième jour du douzième mois (le mois d’Adar), quand l’ordre et l’édit du roi devaient entrer en vigueur, le jour où les ennemis des Juifs espéraient se rendre maîtres d’eux, il y eut un retournement de situation : ce sont les Juifs qui se rendirent maîtres de ceux qui les détestaient. 2 Dans leurs villes, dans toutes les provinces du roi Xerxès, les Juifs se rassemblèrent pour porter la main sur ceux qui cherchaient leur malheur. Personne ne put tenir devant eux, car la frayeur des Juifs s’était abattue sur tous les peuples. 3 Tous les princes des provinces, les satrapes, les gouverneurs et les fonctionnaires du roi soutinrent les Juifs, car la frayeur de Mardochée s’était abattue sur eux. 4 En effet, Mardochée était devenu un homme important dans la maison du roi. Sa renommée se répandait dans toutes les provinces, car c’était un homme de plus en plus important.

5 Ainsi les Juifs frappèrent tous leurs ennemis à coups d’épée, ils les tuèrent, ils les firent disparaître ; ils traitèrent à leur gré ceux qui les détestaient. 6 Rien qu’à Suse la citadelle, les Juifs tuèrent, ils firent disparaître cinq cents hommes,

et Dalphôn,
et Aspata,

7 et Parshandatha,

8 et Porata,
et Adalia,
et Aridata,

9 et Parmashta,
et Arizaï,
et Aridaï,
et Vaïzata,

10 les dix fils de Haman, fils de Hammedata, adversaire des Juifs, furent tués. Mais on ne porta pas la main sur le butin. 11 Le jour même, le nombre de ceux qui avaient été tués à Suse la citadelle parvint au roi.

12 Le roi dit à la reine Esther : A Suse la citadelle, les Juifs ont tué, ils ont fait disparaître cinq cents hommes et les dix fils de Haman. Qu’auront-ils fait dans le reste des provinces royales ! Mais quelle est ta demande ? Elle te sera accordée ! Quelle est encore ta requête ? Elle sera exaucée. 13 Esther répondit : Si cela te semble bon, ô roi, qu’il soit aussi permis aux Juifs de Suse d’agir demain comme aujourd’hui, et qu’on pende les dix fils de Haman à la potence ! 14 Le roi dit de faire ainsi. On publia l’édit à Suse, et les dix fils de Haman furent pendus. 15 Les Juifs de Suse se rassemblèrent donc aussi le quatorzième jour du mois d’Adar et tuèrent trois cents hommes ; mais ils ne portèrent pas la main sur le butin.

16 Les autres Juifs, ceux des provinces royales, se rassemblèrent pour défendre leur vie et se débarrasser de leurs ennemis. Ils tuèrent soixante-quinze mille de ceux qui les détestaient – mais ils ne portèrent pas la main sur le butin – 17 le treizième jour du mois d’Adar. En repos le quatorzième jour, ils en firent un jour de banquet et de joie. 18 Quant aux Juifs de Suse, ils se rassemblèrent le treize et le quatorze ; en repos le quinze, ils en firent un jour de banquet et de joie. 19 C’est pourquoi les Juifs des campagnes, ceux qui habitent des villes sans murailles, font du quatorzième jour du mois d’Adar un jour de joie, de banquet et de fête où chacun envoie des cadeaux à son voisin.

Inversion des rôles

Encore une preuve que Mardochée personnifie son peuple : de même qu’Haman a fini sur la potence qui lui était destinée au départ, les ennemis des israélites subissent le châtiment qu’ils s’apprêtaient à leur infliger. Même s’il a lui-même provoqué la crise, Mardochée devient n°2 de l’empire et donne l’occasion à ses compatriotes de finir beaucoup plus puissants. Ce qui paraissait être un entêtement irrationnel au début de l’histoire a maintenant tout l’air d’un énorme acte de foi qui a payé !

Pourquoi Esther prolonge-t-elle la période ?

Est-ce par cruauté que la reine demande un jour de bataille (et de victoire des juifs) supplémentaire ? Il semblerait plutôt que ce soit à cause du nombre d’ennemis à éliminer ! Car les juifs ne tuent pas n’importe qui : seulement ceux qui veulent les détruire et qui obéissent au décret promulgué par Haman. D’ailleurs la pendaison de ses 10 fils semble confirmer qu’il faut couper toutes les racines de la haine avant de revenir à une vie normale.

Pourquoi pas de butin ?

S’il est répété 3 fois (10, 15, 16) que les juifs ont tué ceux qui les attaquaient mais qu’ils ne les ont pas pillés, c’est sûrement pour faire passer un message mais lequel ? Probablement qu’ils n’étaient pas dans une optique de conquête mais seulement de défense de leur vie, contrairement à leurs assaillants qui comptaient bien profiter du décret pour accaparer les bien du peuple de Dieu. S’il y a eu beaucoup d’inversions de rôle depuis le début de cette histoire, ceux qui devaient être les victimes ne se sont pourtant pas transformés en bourreaux : de la légitime défense, rien que de la légitime défense !

APPLICATIONS

  • Contre quel type d’ennemi les chrétiens doivent-il lutter ? Ce n’est plus un persécuteur humain mais un persécuteur spirituel qui s’appelle le Péché. Ainsi, quand on le maltraite à cause de sa foi, un disciple de Jésus doit dorénavant être vainqueur du mal par le bien. Dans l’histoire de la première Église, cette attitude qui consiste à tendre l’autre joue et à être prêt à mourir pour le Seigneur a même été un témoignage très puissant.
  • Avoir des chrétiens haut placés, ça peut être très utile ! Dans des pays où une autre religion était majoritaire, des ministres ou généraux chrétiens ont pu garantir une foi vécue paisiblement à leur frères et sœurs en Christ ; dans des administrations où tout groupe de croyants est suspecté d’être une secte ou bien une source potentielle de problèmes, il est toujours bon qu’il y ait une personne chrétienne qui calme les craintes de ses collègues et ouvre des portes. Peut-être pouvez-vous être ce genre de personne-clé. Peut-être pourriez-vous compter sur un de ces agents que Dieu a placé pour vous faciliter la tâche !
Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *