Ecclésiaste 6.1-6 : DEUX CAS

Il est un malheur que j’ai vu sous le soleil, et qui accable l’être humain. 2 Il y a tel homme à qui Dieu a donné richesse, biens et gloire, à qui rien ne manque de tout ce qu’il désire, mais Dieu ne lui a pas accordé le pouvoir de s’en nourrir : c’est un étranger qui s’en nourrira. C’est là une futilité et un mal affligeant.

3 Si un homme engendrait cent fils
et vivait un grand nombre d’années, aussi nombreux que soient les jours de sa vie,
s’il n’est pas rassasié de bonheur, et qu’il n’ait même pas de sépulture,
je dis que l’avorton est plus heureux que lui.

4 Car il est venu dans la futilité,
il s’en va dans les ténèbres,
et son nom sera recouvert par les ténèbres ;

5 il n’a ni vu, ni connu le soleil ;
il y a plus de repos pour lui que pour l’autre.

6 Quand il vivrait deux fois mille ans, sans voir le bonheur, tout ne va-t-il pas dans un même lieu ?

 

Ne pas profiter

Il est possible de tout avoir sans profiter de rien. Par manque de temps, par activisme on peut passer à côté de la vraie vie. C’est affligeant car Dieu nous a créés pour qu’on jouisse de ce qu’il nous donne, pas pour que nous en soyons esclaves ! Jésus a raconté une parabole pour dénoncer ce mal :

La terre d’un homme riche avait beaucoup rapporté. 17 Il raisonnait, se disant : Que vais-je faire ? car je n’ai pas assez de place pour recueillir mes récoltes. 18 Voici, dit-il, ce que je vais faire : je vais démolir mes granges, j’en construirai de plus grandes, j’y recueillerai tout mon blé et mes biens, 19 et alors je pourrai me dire : « Tu as beaucoup de biens en réserve, pour de nombreuses années ; repose-toi, mange, bois et fais la fête. » 20 Mais Dieu lui dit : Homme déraisonnable, cette nuit même ta vie te sera redemandée ! Et ce que tu as préparé, à qui cela ira-t-il ? 21 Ainsi en est-il de celui qui amasse des trésors pour lui-même et qui n’est pas riche pour Dieu. Luc 12.16-21.

Une vie pourrie

Pour les israélites, vivre longtemps et avoir plein d’enfants était un signe de bénédiction divine. Mais l’Ecclésiaste affirme qu’en fait c’est une malédiction… si l’on n’est pas heureux. Autant ne pas naître que de mal vivre.

APPLICATIONS

  • Qui a dit que Dieu était contre le plaisir et le bien-être ? Pas la Bible en tout cas ! À condition bien sûr que ce plaisir ne soit pas en contradiction avec la volonté de Dieu… et ne prenne pas non plus la place de Dieu. Équilibre dur à trouver, n’est-ce pas ?

  • Dans notre société de divertissement, on choisit un jeu, une Application, un site pour s’amuser… et puis on s’aperçoit que ça devient un réflexe, une dépendance et qu’il n’y a plus vraiment de plaisir. C’est une assez bonne description des dangers de l’idolâtrie. On croit que l’idole va nous servir et finalement c’est nous qui servons l’idole !

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *