1 R 18.41-46 – Le cycle d’Élie (6)

Petits moments de gloire

41Elie dit à Achab : Monte, mange et bois ; ce grondement, c’est la pluie. 42Achab monta pour manger et pour boire. Mais Elie monta au sommet du Carmel et, se courbant jusqu’à terre, il mit son visage entre ses genoux 43et dit à son serviteur : Monte, je te prie, regarde du côté de la mer. Celui-ci monta, regarda et dit : Il n’y a rien. Sept fois, Elie lui dit : Retourne ! 44La septième fois, il dit : Un petit nuage s’élève de la mer, il est comme la main d’un homme. Elie dit : Monte dire à Achab : « Attelle et redescends, que la pluie ne t’arrête pas ! »45De toutes parts le ciel devint noir de nuages, le vent se leva, et une forte pluie se mit à tomber. Achab monta sur son char et partit pour Jizréel. 46La main du SEIGNEUR fut sur Elie, qui passa une ceinture à ses reins et courut devant Achab jusqu’à l’entrée de Jizréel.

Un seul Dieu

Baal était le dieu de la pluie pour les païens de Canaan (et pour une majorité d’Israélites) mais par la simple parole d’Élie, le prophète de l’Éternel, la pluie s’est arrêtée. Maintenant que les prêtres de Jézabel sont morts, il faut maintenant lever la malédiction et montrer que l’Éternel peut aussi faire pleuvoir en abondance. C’est lui le seul Dieu de la fertilité !

Un petit coup de mou ?

Quand on lit cet épisode, on est saisi par le contraste entre d’un côté « la parole » d’Élie qui provoque la sècheresse, la prière sobre qui fait tomber le feu et de l’autre 7 prières pour faire tomber la pluie. Pire, au v.41, il affirme à Achab qu’il va pleuvoir mais 6 prières et 6 aller-retours du serviteur plus tard rien ne se passe ! Et même après la 7ème prière ce n’est pas un ouragan qui arrive mais un petit nuage. Les choses fonctionneraient-elles moins bien cette fois-ci pour le prophète ? La levée de la malédiction est-elle plus difficile que son instauration ou bien Dieu veut-il simplement montrer à son serviteur qu’il n’accède pas forcément automatiquement à ses requêtes ?

Reprendre la main

27km devant le char du roi pour une entrée triomphale devant Jizréel ! Élie veut que tous comprennent que la comédie de Jézabel a assez duré et qu’il est temps de tourner la page Baal. Et ici il est explicitement dit que Dieu appuie son prophète dans son périple très humide. Achab est obligé de reconnaître la supériorité de l’Éternel… et de s’afficher en compagnie de son prophète afin d’être associé au retour de la pluie (un peu de com’, ça ne fait pas de mal). Cela suffira-t-il à renverser la vapeur ?

→ L’acharnement d’Élie pour convaincre Achab est admirable ! Si nous l’imitions, même un tout petit peu, avec notre entourage, cela donnerait peut-être des résultats inattendus.

→ Parfois Dieu répond très vite à nos prières et c’est tellement agréable que nous pourrions nous croire au diapason de sa volonté. Pourtant souvent, il tarde à nous donner des signes et nous avons moins ce sentiment d’être ses agents spéciaux décisifs. Restons persévérants dans nos demandes tout en gardant à l’esprit que Dieu fait ce qu’il veut quand il veut parce qu’il sait tout bien mieux que nous.

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *