Matthieu 26.36-46 : Les derniers moments de Jésus I

Un homme comme nous (ou presque)

36 Là-dessus, Jésus arrive avec eux au lieu dit Gethsémani et il dit aux disciples : Asseyez-vous ici, pendant que je m’éloignerai pour prier. 37 Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée. Il commença alors à éprouver la tristesse et l’angoisse, 38 et il leur dit : Je suis triste à mourir ; demeurez ici et veillez avec moi. 39 Puis il s’avança un peu, tomba face contre terre et pria ainsi : Mon Père, si c’est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas comme moi, je veux, mais comme toi, tu veux. 40 Il vient vers les disciples, qu’il trouve endormis ; il dit alors à Pierre : Vous n’avez donc pas été capables de veiller une heure avec moi ! 41 Veillez et priez, afin de ne pas entrer dans l’épreuve ; l’esprit est ardent, mais la chair est faible. 42 Il s’éloigna une deuxième fois et pria ainsi : Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite ! 43 Il revint et les trouva encore endormis ; car ils avaient les yeux lourds. 44 Il les quitta, s’éloigna de nouveau et pria pour la troisième fois en répétant les mêmes paroles. 45 Puis il vient vers les disciples et leur dit : Vous dormez encore, vous vous reposez ! L’heure s’est approchée ; le Fils de l’homme est livré aux pécheurs. 46 Levez-vous, allons ; celui qui me livre s’est approché.

 

Rupture dans le récit

Souvent quand on lit les histoires de Jésus, on pense inconsciemment que les choses étaient quand même plutôt faciles pour lui. Un peu comme s’il était 80% Dieu et 20% homme. Pourtant la Bible affirme qu’il était bien un homme comme nous, le fils de sa mère (100% homme) et en même temps le fils de son Père (100% Dieu). Le récit de la prière de Gethsémané est un exemple édifiant de la parfaite humanité de Jésus et ouvre une séquence extrêmement pénible au cours de laquelle sa nature divine est quasiment cachée derrière sa nature humaine. Dans ce passage, le Seigneur ne va pas bien (« Il commença alors à éprouver la tristesse et l’angoisse » 37), il ne cache pas son état de faiblesse à ses disciples («  il leur dit : Je suis triste à mourir » 38) et il ne veut justement pas être seul (« demeurez ici et veillez avec moi. » 38) alors qu’il arrive aux portes de son « chemin de croix ». Ici, on n’a pas affaires à un super-héros ou à un demi-dieu. On comprend d’ailleurs pourquoi les 3 disciples, qui étaient déjà avec lui lors de l’apparition fantastique de la Transfiguration, ne saisissent pas du tout le côté dramatique de ce moment.

Portraits du véritable Adam

Le but de la venue à Gethsémané, c’est de se préparer au déluge de souffrances qui va s’abattre sur Jésus. Il arrive au but principal de sa mission de sauvetage et il serait absolument catastrophique de craquer. Comment s’y prend-il ? Il se connecte à son Père au travers d’une prière bouleversante d’honnêteté et d’humanité : « Mon Père, si c’est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas comme moi, je veux, mais comme toi, tu veux. »

Jésus ne veut pas subir l’injustice, les coups, l’abandon des siens, les quolibets mais surtout porter le Péché du monde et mourir. Jésus est bien un homme. Personne n’aurait envie d’endurer tout ça (à part certains masochistes peut-être), lui non plus. Pourtant il sait que l’extrême souffrance est l’aboutissement de sa mission de sauvetage de la terre alors il fait ce qu’il a toujours fait : il s’en remet, se soumet totalement à son Père. Jésus est bien un homme de Dieu, un homme tel qu’Adam aurait dû rester.

Résister à la tentation

Alors que Jésus prie pour rester sur les rails de la volonté de son Père, les disciples dorment. Trois fois la scène se répète, comme pour accentuer l’incapacité du trio de comprendre l’enjeu réel de cette prière. C’est pourquoi la phrase centrale du passage concerne l’attitude que devrait avoir les disciples : « Veillez et priez, afin de ne pas entrer dans l’épreuve ; l’esprit est ardent, mais la chair est faible. »

Prier est le meilleur moyen pour ne pas céder à la tentation, passer l’épreuve avec succès (en grec, tentation et épreuve sont un seul et même mot) car c’est donner la priorité à Dieu sur tous les domaines de la vie. Le Péché enlace, manipule si facilement les hommes qu’il « font ce qu’ils ne veulent pas et ne font pas ce qu’ils veulent » (Rm 7.15). Sans l’aide de Dieu, toute bonne volonté est inutile. À partir de Géthsémané, Jésus va constamment être tenté de faire éclater sa gloire, de mettre fin à cette parodie de réalité. C’était déjà le but des paroles de Satan dans la première tentation (Matthieu 4), c’est très probablement le but des humiliations qui vont suivre. Adam n’était qu’un homme et il a voulu se faire Dieu, Jésus est un homme… qui doit « se retenir » d’être ce qu’il est : Dieu ! C’est pourquoi il a besoin de veiller et de prier. Il va ainsi obéir à son Père, remplir sa mission et nous sauver la vie ! Il va vivre sa nature humaine jusqu’à son extrémité : l’injustice, la torture puis la mort.

A contrario, ceux qui dorment dans cette histoire ne vont (bien évidemment) pas tenir le coup. Malgré ses belles déclarations (« je ne t’abandonnerai pas ») et même ses velléités de combat (voire le passage suivant), Pierre abandonnera Jésus. Malgré leur statut de « Fils du tonnerre » qui veulent détruire un village de samaritains récalcitrants (Luc 9.52) Jacques et Jean vont suivre les événements de loin et vont, morts de peur comme les autres, se planquer dans une maison pour ne pas finir comme leur Maître. L’esprit a beau être ardent, la chair est faible et dès que la situation échappe à nos prévisions le Satan sait appuyer sur les bons boutons émotionnels pour nous faire manquer la cible.

APPLICATIONS

  • Dans quel but priez-vous ? Pour vos besoins ou ceux de Dieu ?

  • Dans votre prière, comment articulez-vous vos désirs et la volonté souveraine de Dieu ?

  • Quand vous priez, c’est un homme (qui a même vécu les pires choses pouvant être vécues) qui vous écoute. Qu’est-ce que ça change pour vous ?

Facebooktwittergoogle_plusmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *