Matthieu 27.45-28.15 : Les derniers moments de Jésus VI

LE DÉBUT DE LA FIN (ET VICE VERSA)

 

45 Depuis la sixième heure jusqu’à la neuvième heure il y eut des ténèbres sur toute la terre. 46 Et vers la neuvième heure, Jésus cria :

Eli, Eli, lema sabachthani ?
c’est-à-dire : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? 47 Quelques-uns de ceux qui étaient là l’entendirent ; ils disaient : En voilà un qui appelle Elie. 48 Aussitôt l’un d’eux courut prendre une éponge, qu’il remplit de vin aigre ; il la fixa à un roseau pour lui donner à boire. 49 Mais les autres dirent : Laisse, voyons si Elie va venir le sauver. 50 Jésus poussa encore un grand cri et rendit l’esprit. 51 Alors le voile du sanctuaire se déchira en deux, d’en haut jusqu’en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent, 52 les tombeaux s’ouvrirent et les corps de beaucoup de saints endormis se réveillèrent. 53 Sortis des tombeaux après son réveil, ils entrèrent dans la ville sainte et se manifestèrent à beaucoup de gens. 54 Voyant le tremblement de terre et ce qui venait d’arriver, le centurion et ceux qui étaient avec lui pour garder Jésus furent saisis d’une grande crainte et dirent : Celui-ci était vraiment Fils de Dieu. 55 Il y avait là beaucoup de femmes qui regardaient de loin, celles-là même qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée, pour le servir. 56 Parmi elles, il y avait Marie-Madeleine, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. 57 Le soir venu, un homme riche d’Arimathée nommé Joseph, qui était lui aussi disciple de Jésus, arriva. 58 Il se rendit chez Pilate et demanda le corps de Jésus. Alors Pilate ordonna qu’on le lui remette. 59 Joseph prit le corps, l’enveloppa d’un drap immaculé 60 et le mit dans un tombeau neuf, qu’il s’était fait tailler dans le roc. Puis il roula une grande pierre à l’entrée du tombeau et s’en alla. 61 Marie-Madeleine et l’autre Marie étaient là, assises en face du sépulcre. 62 Le lendemain, c’est-à-dire le jour après la Préparation, les grands prêtres et les pharisiens allèrent ensemble trouver Pilate 63 et dirent : Seigneur, nous nous souvenons que cet imposteur a dit, quand il vivait encore : « Après trois jours je me réveillerai. » 64 Ordonne donc qu’on mette le sépulcre sous surveillance jusqu’au troisième jour, afin que ses disciples ne viennent pas dérober le corps et dire au peuple : « Il s’est réveillé d’entre les morts. » Cette dernière imposture serait encore pire que la première. 65 Pilate leur dit : Vous avez une garde ; eh bien, mettez-le sous surveillance comme vous l’entendez. 66 Ils s’en allèrent donc et mirent le sépulcre sous surveillance, en scellant la pierre et en postant la garde.

28.1 Après le sabbat, alors que le premier jour de la semaine allait commencer, Marie-Madeleine et l’autre Marie vinrent voir le sépulcre. 2 Soudain, il y eut un grand tremblement de terre ; car l’ange du Seigneur, descendu du ciel, vint rouler la pierre et s’asseoir dessus. 3 Son aspect était comme l’éclair et son vêtement blanc comme la neige. 4 Les gardes tremblèrent de peur et devinrent comme morts. 5 Mais l’ange dit aux femmes : Vous, n’ayez pas peur, car je sais que vous cherchez Jésus, le crucifié. 6 Il n’est pas ici ; en effet, il s’est réveillé, comme il l’avait dit. Venez, regardez le lieu où il gisait, 7 allez vite dire à ses disciples qu’il s’est réveillé d’entre les morts. Il vous précède en Galilée ; c’est là que vous le verrez. Voilà, je vous l’ai dit. 8 Elles s’éloignèrent vite du tombeau, avec crainte et avec une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle aux disciples. 9 Mais Jésus vint au-devant d’elles et leur dit : Bonjour ! Elles s’approchèrent et lui saisirent les pieds en se prosternant devant lui. 10 Alors Jésus leur dit : N’ayez pas peur ; allez dire à mes frères de se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. 11 Pendant qu’elles étaient en chemin, quelques hommes de la garde entrèrent dans la ville et racontèrent aux grands prêtres tout ce qui était arrivé. 12 Ceux-ci, après s’être rassemblés avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme d’argent 13 en leur ordonnant : Dites : « Ses disciples sont venus de nuit le dérober, pendant que nous étions endormis. » 14 Et si le gouverneur l’apprend, nous userons de persuasion envers lui et nous ferons en sorte que vous ne soyez pas inquiétés. 15 Ils prirent l’argent et agirent selon les instructions qui leur avaient été données. Et cette histoire s’est propagée parmi les Juifs jusqu’à ce jour.

 

 

Paranormal

Il y a beaucoup de manifestations extraordinaires qui entourent cette crucifixion : ténèbres, 2 prophéties qui s’accomplissent (Ps 22.2 au v.46, Ps 69.22 au v.48), voile du temple déchiré, tremblement de terre et résurrections de saints. Assurément, un événement capital, d’importance cosmique est en train de se produire avec Jésus !

Compréhension à géométrie variable

Il y a 3 groupes de témoins qui assistent à cette crucifixion : Les disciples femmes qui regardent de loin et doivent être médusées par la scène, les juifs qui ne comprennent rien des paroles de Jésus (Eli, Eli, etc.) et qui accomplissent malgré eux une prophétie infamante pour le Messie (le vinaigre à boire dans le Ps 69.22), enfin il y a un centurion qui interprète correctement tous les signes autour de lui et en tire la bonne conclusion : Jésus est vraiment le Fils de Dieu. Le message de Matthieu est très clair : un païen a mieux compris que les juifs.

Les ennemis

Même quand ils ont réussi à se débarrasser de Jésus, les chefs des juifs veillent sur leurs intérêts : ils font surveiller le tombeau et ensuite inventent une histoire pour justifier la disparition du corps. D’ailleurs, c’est la 3ème fois qu’on rencontre cette histoire de 3 jours (63) dans leur bouche… sauf qu’ici ils semblent citer les paroles de Jésus à propos de Jonas (Mt 12.40) et non celles à propos du temple. Cela prouve qu’ils avaient compris que Jésus prévoyait de ressusciter (et probablement qu’ils avaient aussi compris les paroles à propos du temple reconstruit en 3 jours). Et alors même que le tombeau est vide le 3ème jour, ces scélérats ne doutent pas et continuent sur leur mauvaise voie. (28.11-15)

Les 2 Marie

À côtés de ceux qui persistent dans le mensonge, il y a 2 femmes qui sont là pour témoigner : Jésus est bien mort sur la croix (56), il a bien été mis dans un tombeau (61) et il est bien ressuscité (28.1-10). Appuyons sur le fait que l’évangéliste (et Jésus !) met en lumière des personnes dont la parole n’est pas très prise au sérieux pour attester tout ce qui s’est passé. Les gens respectables (chefs) trompent, les humains d’importance secondaire (femmes) sont dignes de confiance : elles sont présentes, elles prennent soin, elles souffrent et se réjouissent.

Ceci n’est pas du désespoir

« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » pointe bien sûr vers l’humanité de Jésus qui souffre de sa séparation d’avec le Père à cause du Péché qu’il prend sur Lui. Mais ces paroles sont avant tout là pour citer TOUT le Psaume 22. En effet, ce Psaume commence très mal avec David qui souffre mais il finit très bien avec une délivrance complète (et inespérée). Et si vous comparez les phénomènes paranormaux de 51-56 avec ceux de 28.1-7, vous constaterez de grandes similitudes entre la Croix et la résurrection : Il y a les 2 Marie, un tremblement de terre, des résurrections, des gardes romains qui ont très peur, une référence à la Galilée et une séparation supprimée (le voile entre juifs et païens et la pierre entre mort et vie). On pourrait aussi opposer les ténèbres du calvaire au côté étincelant de l’ange pascal. Bref, relisez le Ps 22 en entier et comparez-le à notre passage. Vous comprendrez que Jésus a voulu signaler par son « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » qu’il était en train de vivre la totalité de ce chant et Matthieu nous donne de nombreux indices pour qu’on le comprenne.

APPLICATIONS

  • Jésus a supprimé tout ce qui obstruait l’entrée des humains vers la vie éternelle, le Royaume de Dieu. La seule chose qui reste à faire, c’est de « proclamer à nos frères quel Dieu il est » (Ps 22.23), « d’aller et faire de toutes les nations ses disciples » (Mt 28.19). On y va ou pas ?

  • Ce chemin du calvaire que Jésus a emprunté montre qu’il est possible de mettre ses émotions (légitimes) de côté pour entrer dans un plan de Dieu douloureux dans un premier temps. Sommes-nous prêts à imiter notre Maître dans cette obéissance sans faille au Père ? Comme nous l’avons encore vu avec cette série, la Bible ne nous a jamais promis que ce serait facile mais notre chef nous a donné un ordre…

  • Comme pour Jésus, une espérance merveilleuse nous est offerte. Pour l’instant, elle est fragile, subjective, à peine palpable mais nous sommes appelés à marcher par la foi et nous jeter corps et âmes dans la grande bataille pour Son Royaume. Nous sommes dans le camp des vainqueurs alors ne retenons pas nos efforts et nos sacrifices !

Facebooktwittergoogle_plusmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *