Philippiens 2.1-11 – Réjouissez-vous ! (5)

Humilité

2.1 S’il y a donc quelque encouragement dans le Christ, s’il y a quelque réconfort de l’amour, s’il y a quelque communion de l’Esprit, s’il y a quelque tendresse et quelque magnanimité, 2 comblez ma joie en étant bien d’accord ; ayez un même amour, une même âme, une seule pensée ; 3 ne faites rien par ambition personnelle ni par vanité ; avec humilité, au contraire, estimez les autres supérieurs à vous-mêmes. 4 Que chacun, au lieu de regarder à ce qui lui est propre, s’intéresse plutôt aux autres.

5 Ayez entre vous les dispositions qui sont en Jésus-Christ :

6 lui qui était vraiment divin,

il ne s’est pas prévalu

d’un rang d’égalité avec Dieu,

7 mais il s’est vidé de lui-même

en se faisant vraiment esclave,

en devenant semblable aux humains ;

reconnu à son aspect comme humain,

8 il s’est abaissé lui-même

en devenant obéissant jusqu’à la mort

– la mort sur la croix.

9 C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé

et lui a accordé le nom

qui est au-dessus de tout nom,

10 pour qu’au nom de Jésus

tout genou fléchisse

dans les cieux, sur la terre et sous la terre,

11 et que toute langue reconnaisse

que Jésus-Christ est le Seigneur

à la gloire de Dieu, le Père.

Ne pas regarder son nombril ! (1-4)

La première cause de division au sein de l’Église a toujours été le narcissisme qui pousse au complexe de supériorité. Le remède selon Paul : changer de regard. Porter toute son attention non sur soi-même mais sur l’autre. Cela aide à voir ses qualités, ses besoins et… à l’aimer !

Exemple à suivre (5-11)

Dieu le Fils a accepté d’être un foetus, d’être un bébé fragile et sale, un adolescent en apprentissage, un homme méprisé et crucifié… pour nous sauver ! Il était le contraire d’un narcissique, il s’est humilié par amour pour nous. C’est pour cela que le Père a fait de Jésus le Seigneur de l’Univers et que ce sera Lui qui nous jugera à la fin des temps ! L’humilité, ça paie.

Définition

L’humilité, ce n’est pas se dévaluer artificiellement. C’est au contraire avoir une juste appréciation de soi-même pour être à la meilleure place afin de servir Dieu et son prochain.

 

  • T’arrive-t-il de penser à la récompense que Dieu pourrait te donner pour l’avoir fidèlement servi ?
Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *