Philippiens 2.19-30 – Réjouissez-vous ! (7)

Passage qu’on a tort de lire trop vite !

19 J’espère, dans le SeigneurJésus,vous envoyer bientôt Timothée, pour être moi-même rasséréné par les nouvelles que j’aurai de vous ; 20car je n’ai personne d’autre qui partage mes sentiments, pours’inquiéter sincèrement de votre situation ;21tous les autres, en effet, cherchent leurs propres intérêts et non pas ceuxdeJésus-Christ.22Mais lui, vous savez qu’il a fait ses preuves : tel un enfant auprès de son père, il a travaillé avec moi, comme un esclave, pour la bonne nouvelle.23J’espère donc vous l’envoyer dès que je verrai clairdans ma situation ;24je suis d’ailleurs persuadé, dans le Seigneur,que je viendrai bientôt moi-même.

25J’ai estimé nécessaire de vous renvoyer Epaphrodite, mon frère, mon collaborateur et mon compagnon d’armes, l’apôtre que vous m’aviez envoyé en le chargeant de pourvoir à mes besoins ;26comme il a une vive affection pour vous tous,il était fort peinéque vous ayez appris sa maladie.27Il a été malade, en effet, et tout près de la mort ; mais Dieua eu compassion de lui – et non pas seulement de lui, mais aussi de moi,pour que je n’aie pas tristesse sur tristesse. 28Je l’ai donc envoyé avec beaucoup d’empressement, pour que vous vousréjouissiezde le revoir, et queje sois moi-même moins triste. 29Accueillez-le, dans le Seigneur, avec une joieentière ;honorez de telles personnes ;30carc’est pour l’oeuvre du Christqu’il a été près de mourir ; il a risqué sa vieafin de suppléer à votre absence dans votre service pour moi.

Epaphrodite.

Comme vous le savez, Paul est en prison. Les philippiens lui envoient de l’argent ET Epaphrodite (qui convoie l’argent) pour lui venir en aide. Mais le messager-serviteur tombe gravement malade (peut-être en chemin pour aller jusqu’à Paul) et après un séjour auprès de l’apôtre, celui-ci décide de le renvoyer dans sa ville… avec la lettre aux philippiens que nous étudions.

Le liens entre Paul et les philippiens : une question de responsabilité et de souci de l’autre… à cause de Jésus.

Paul a créé cette Église à cause d’un songe (surnaturel) mais après être resté un peu de temps il a été obligé de partir précipitamment (il était poursuivi par des juifs qui ne lui voulaient pas forcément du bien). La lettre aux philippiens est là pour encourager les philippiens à continuer leur croissance spirituelle car Paul a le soucis de continuer le travail qu’il a commencé afin que Jésus soit de plus en plus glorifié en eux. L’apôtre n’est pas dans l’immédiateté mais dans le long terme, il veut continuer le travail qu’il a commencé. Du côté des philippiens, c’est pareil : ils auraient pu oublier Paul mais au lieu de cela ils le soutiennent financièrement afin qu’il continue son œuvre missionnaire, même si c’est ailleurs, loin d’eux.

Les qualités de Timothée et d’Epaphrodite.

Timothée est le fils spirituel de Paul et a donc le même soucis que lui pour les philippiens… parce qu’il était avec lui lors de la fondation de cette Église mais aussi parce qu’il est lui aussi un esclave de Jésus (22) qui a dans son ADN le soucis de la croissance des chrétiens. Epaphrodite de son côté fait preuve de courage pour faire la route jusqu’à Paul mais aussi pour endurer la maladie. Il a risqué sa vie (30) pour le Royaume de Dieu !

Définition du partenariat dans la mission

Participer à la mission, cela se fait soit physiquement, soit financièrement, soit par la prière. Cela consiste en un échange de bons procédés entre personnes à distance avec toujours ce soucis de l’autre, de la croissance de l’Évangile. D’ailleurs, il est probable que les philippiens ont été tentés de considérer qu’Epaphrodite avait raté sa mission, qu’il était un tire-au-flan parce qu’il n’était resté que très peu de temps auprès de Paul. Pour eux, faillir au partenariat c’est exprimer un désintérêt coupable pour la mission ! C’est sûrement pour cela que l’apôtre dresse d’Epaphrodite un portrait aussi dithyrambique : il a fait le maximum, donc le partenariat n’est pas remis en question.

  • Ce passage confirme que la lettre n’est pas que théologique : il y a une réalité relationnelle… qui est fondée sur l’avancement du Royaume.

  • « Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour » Pierre Reverdy. Si je ne prie pas, n’encourage pas verbalement ou financièrement une oeuvre, ça veut dire que je m’en fiche.

  • Comment êtes-vous impliqués dans la mission ? Quelle est la mission qui vous tient à cœur et comment la soutenez-vous ?

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *