Philippiens 3.12-4.3 – Réjouissez-vous ! (10)

La reconfiguration de Paul II : le futur

3.12Ce n’est pas que j’aie déjà obtenu tout cela ni que je sois déjà parvenu à l’accomplissement ; maisje le poursuis, tâchant de le saisir,pour autant que moi-même j’ai été saisi par Jésus-Christ.

13En ce qui me concerne, mes frères, je n’estime pas moi-même l’avoir déjà saisi ; mais une seule chose compte : oubliant ce qui est en arrière et tendant vers ce qui est en avant, 14je cours vers le but pour obtenirle prix de l’appel céleste de Dieuen Jésus-Christ.

15Si donc nous sommes des gens « accomplis », tenons-nous-en à cette pensée ;et si sur quelque point vous pensez différemment, Dieuvous révélera aussi ce qu’il en est.16Seulement, au point où nous sommes parvenus, avançons ensemble.

17Mes frères, imitez-moi, et portez les regards sur ceux qui suivent le modèleque vous avez en nous.

18Car il en est beaucoup qui se comportent en ennemisde la croix du Christ ; je vous en ai souvent parlé, mais maintenant j’en parle en pleurant : 19leur fin, c’est la perdition ;leurdieu, c’est leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte ; ils ne pensent qu’aux choses de la terre.

20Quant à nous, notre citoyenneté est dans les cieux ; de là nous attendons comme sauveur leSeigneurJésus-Christ,21qui transformera notre corpshumilié,en le configurant à son corps glorieux par l’opération qui le rend capable de tout s’assujettir.

4.1 C’est pourquoi,mes frères bien-aimés,vous pour qui j’ai une vive affection, vous qui êtes ma joieet ma couronne, tenez ferme dans leSeigneur,mes bien-aimés !

2J’encourageEvodie et j’encourage Syntyque à être bien d’accorddans le Seigneur.3Oui, toi aussi, fidèle collègue, je te demande de les aider, elles qui ont combattu côte à côteavec moi pour la bonne nouvelle, avec Clément et mes autres collaborateurs,dont les noms sont dans le livre de vie.

L’accomplissement ? Une obsession

Les références au « monde d’après » sont très nombreuses. Dans tout ce passage, Paul dit finalement toujours la même chose : un chrétien doit être obnubilé par la marche vers la perfection, l’accomplissement, le meilleur. C’est pour cela qu’il répond à l’appel céleste de Jésus (14), qu’il marche à la suite des apôtres qui poursuivent cette perfection (17), qu’il attend la transformation de son corps (21) et qu’il sait que son nom est dans le livre de vie (4.3).

Danger ! (18-19)

À l’opposé de la bonne attitude qui consiste à lever la tête vers ce que Jésus est en train d’accomplir, il y a bien sûr l’intérêt aux choses de la terre dont Paul a parlé auparavant : Orgueil spirituel et ethnique, salut par les œuvres et comportement égoïste. Là encore, Paul utilise des mots extrêmement forts pour décrire ceux qui n’ont pas compris l’Évangile tout en se disant chrétiens : « ennemis de la croix » (18) , « leur fin c’est la perdition » (19) ! Ce danger étant mortel, il faut rester unis (16) , tenir ferme (4.1) et imiter les bons exemples (17).

Petite étude de cas (4.1-3)

Que faire des 3 versets qui commencent le chapitre 4 ? Au v.1, il est question de joie, ce qui colle bien avec le reste du chapitre qui va beaucoup parler de ce thème mais les vv.2-3 ont l’air de suivre le chapitre 3 avec ce conflit entre deux chrétiennes. Pour régler ce différend, Paul leur parle du combat pour l’Évangile et du livre de vie. Autrement dit, il leur faut laisser les combats terrestres stériles pour se tourner vers une lutte spirituelle bien plus importante : la propagation de la Bonne Nouvelle du Seigneur Jésus. Avec sa configuration tout à fait anormale (mélange d’individus de toutes cultures, niveaux sociaux, intellectuels, etc.), l’Église donne forcément lieu à des désaccords plus ou moins profonds. Dieu ne nous demande pas de les nier mais de nous entendre sur ce qui est essentiel et de travailler ensemble dans la même direction, pour le bien du même Seigneur.

 

→ Nous fonctionnons tous avec des modèles. La question que Paul nous pose est très simple : « nos modèles affirment-ils, vivent-ils la déclaration de l’apôtre concernant la course (12-14) ?

→ Quels sont les sujets et les moments qui me plombent à la terre, m’empêchant de penser aux intérêts du Seigneur ? Comment faire pour lâcher du leste ?

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *