1 Rois 19.1-8 – Le cycle d’Élie (7)

Burn out

Achab raconta à Jézabel tout ce qu’avait fait Elie, et comment il avait tué par l’épée tous les prophètes. 2 Jézabel envoya un messager à Elie, pour lui dire : Que les dieux fassent ceci et qu’ils y ajoutent cela, si demain, à cette heure-ci, je ne fais de ta vie ce que tu as fait de la vie de chacun d’eux ! 3 Elie, voyant cela, s’en alla pour sauver sa vie. Il arriva à Bersabée, qui appartient à Juda, et il laissa là son serviteur. 4 Quant à lui, il alla dans le désert, à une journée de marche ; il s’assit sous un genêt et demanda la mort en disant : Cela suffit ! Maintenant, SEIGNEUR, prends ma vie, car je ne suis pas meilleur que mes pères. 5 Il se coucha et s’endormit sous un genêt. Soudain, un messager le toucha et lui dit : Lève-toi, mange ! 6 Il regarda : il y avait à côté de lui une galette cuite sur des pierres chaudes et une cruche d’eau. Il mangea et but, puis se recoucha. 7 Le messager du SEIGNEUR vint une seconde fois, le toucha et dit : Lève-toi, mange, car le chemin serait trop long pour toi. 8 Il se leva, mangea et but ; avec la force que lui donna cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’à la montagne de Dieu, l’Horeb.

Pas l’effet escompté (1-2)

Élie voulait un miracle éclatant, un triomphe clair et net qui terrasserait Jézabel et son dieu Baal et quand on lit qu’il entre dans Jizréel au côté du roi, on se dit que c’est gagné. Mais c’est méconnaître le caractère pugnace de la reine ! Au lieu de faire profil bas face à la lourde défaite de ses pseudo-prophètes, elle lance un contrat sur Élie. Jézabel n’est pas du genre à se laisser convaincre par des preuves, elle n’a qu’une seule règle : dominer coûte que coûte.

Épuisement professionnel (3-5a)

Après 3 ans d’efforts intenses où, après avoir provoqué une sècheresse très éprouvante, il a été obligé d’habiter loin de chez lui, Élie croyait que la situation allait enfin être favorable. Mais non, malgré sa débauche d’énergie et sa superbe victoire spirituelle, le succès politique n’est pas au rendez-vous. Achab semblait convaincu mais, en roi faible, il ne pouvait pas forcer sa femme à se soumettre. Tout prophète qu’il est, Élie n’avait semble-t-il pas prévu cet échec et le vit comme une faute professionnelle (4). Puisqu’il n’a pas réussi à faire revenir Israël à Dieu, il estime mériter la mort, rien que ça ! Il est d’ailleurs assez drôle de constater que le prophète fuit « afin de sauver sa vie » (3) pour finalement demander la mort (4) ! Il ne veut pas tomber entre les mains de l’immonde païenne mais plutôt être rappelé par son Patron. D’ailleurs, Dieu lui avait-il assigné la mission de faire revenir le peuple à la vraie foi ? Non, c’est un objectif (inatteignable) qu’il s’était fixé tout seul !

Dieu prend soin (5b-8)

Face à l ‘épuisement physique, nerveux et émotionnel d’Élie, l’ange de l’Éternel le recentre sur ses besoins fondamentaux : manger, boire, dormir. Il faut recharger les batteries pour aller un peu mieux mais surtout pour avoir la force d’effectuer un voyage pédagogique. Quand on voit le lieu de destination (le mont Sinaï ou Horeb) et la longueur du trajet (40 jours) on commence à comprendre le but de la leçon : revivre ce qu’a vécu Moïse. Être comparé à ce mastodonte de la foi, l’ami de Dieu ça fait plutôt du bien au moral, non ?

→ Élie croyait gagner mais sa déception fut immense. Comment faire pour ne pas nous laisser emporter par nos émotions et avoir un comportement adapté à la réalité ?

→ Sais-tu que tu n’es pas indispensable ? Dieu ne te demande pas d’avoir des résultats, par contre il te demande de faire ta part… et de le laisser agir. Et si l’activisme était avant tout de l’égocentrisme doublé d’un manque de foi ?

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *