1 R 19.19-21 – Le cycle d’Élie (9)

1er jour de stage

19 Elie partit de là et trouva Elisée, fils de Shaphath, qui labourait. Il y avait devant lui douze paires de boeufs, et il était avec la douzième. Elie passa près de lui et jeta son manteau sur lui. 20 Elisée abandonna ses boeufs, courut après Elie et dit : Laisse-moi, je te prie, embrasser mon père et ma mère, et je te suis. Elie lui répondit : Va et reviens, à cause de ce que je t’ai fait. 21 Il s’éloigna d’Elie et prit une paire de boeufs qu’il offrit en sacrifice ; avec l’attelage des boeufs, il fit cuire la viande et la donna à manger au peuple. Puis il suivit Elie et devint son auxiliaire.

Consécration

1ère étape du plan établi par Dieu pour remplacer Élie : prendre Élisée comme assistant. Étant donné le cheptel à sa disposition (et la surface cultivable correspondante), celui-ci vient d’une famille riche. Pourtant, il suit Élie sans rechigner, montrant qu’il prend très au sérieux le redressement spirituel d’Israël. Comme tout serviteur, Élisée laisse derrière lui une carrière, une vie qui aurait été probablement plus simple que celle qu’il va vivre. « Le disciple n’est pas plus grand que son Maître » disait Jésus. Au regard du parcours d’Élie, Élisée ne doit pas rêver de résultats impressionnants !

Symbolisme

12 paires de bœufs qui rappellent les 12 tribus et les 12 pierres de l’autel qui servit à vaincre les prophètes de Baal, un sacrifice public de reconnaissance avec l’animal le plus couteux (bœuf) : beaucoup de symboles qui montrent la solennité et l’importance de l’événement. Assurément, Élisée est appelé à jouer un grand rôle dans l’histoire du Royaume du nord… peut-être même plus grand que celui de son maître. Car si le disciple suit les traces de celui qui l’a formé, son œuvre a aussi une autre dimension. Même Jésus déclare à aux 12 qu’ils auront un impact supérieur au sien !

À une autre époque…

Quand on lit ce passage, on ne peut s’empêcher de penser à un événement du 1er siècle :

« Un autre, parmi ses disciples, lui dit : Seigneur, permets-moi d’aller d’abord ensevelir mon père. 22 Mais Jésus lui dit : Suis-moi et laisse les morts ensevelir leurs morts. » Mt 8.21

À première lecture on pourrait croire que Jésus est bien plus sévère qu’Élie mais tout porte à croire que son disciple voulait en fait rester auprès de son père jusqu’à son décès et donc reporter son engagement à une date indéterminée. Bref, il veut dire « oui mais pas tout de suite ! » alors qu’Élisée est bien plus prompt à partir, conscient de la situation morbide de son peuple et peut-être même impatient de participer à une résurrection… ou au moins un ralentissement de la putréfaction ! En tout cas, les deux hommes ont comme point commun d’entamer une période de formation en compagnie d’un homme de Dieu.

 

→ Un expérimenté choisit un novice ayant de bonnes motivations afin de le former : c’est une bonne méthode ! Le fait que le plus expérimenté soit à l’initiative évite au novice de se faire des illusions sur ces capacités au ministère. La période de formation montre à l’expérimenté ce qu’il y a à travailler chez son « stagiaire » mais aussi chez lui. Tout cela se passe dans le cadre d’une mission à accomplir, d’un ministère spécifique à exercer.

→ Tout chrétien s’interroge un jour à propos du ministère. Voici les bonnes questions à se poser : « Pour quelle raison ai-je envie de me lancer ? », « Pour quoi faire ? », « M’a-t-on déjà encouragé à me lancer ? », « qui est mon modèle ? ».

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *