La résurrection : pour quoi faire ?

La résurrection de Jésus est un événement central de la foi chrétienne tout le monde est d’accord là-dessus. Mais quelles sont les conséquences pratiques et quotidiennes de notre propre résurrection ? Paul expose clairement cela dans un passage de sa deuxième lettre aux Corinthiens et nous allons l’analyser.

 

2 Corinthiens 4.16 Voilà pourquoi nous ne perdons pas courage. Et même si notre être extérieur se détériore peu à peu, intérieurement, nous sommes renouvelés de jour en jour.

17 En effet, nos détresses présentes sont passagères et légères par rapport au poids insurpassable de gloire éternelle qu’elles nous préparent. 18 Et nous ne portons pas notre attention sur les choses visibles, mais sur les réalités encore invisibles. Car les réalités visibles ne durent qu’un temps, mais les invisibles demeureront éternellement.

5.1 Nous le savons, en effet : si notre corps, cette tente que nous habitons sur la terre, vient à être détruit, nous avons au ciel une maison que Dieu nous a préparée, une habitation éternelle qui n’est pas l’oeuvre de l’homme. 2 Car, dans cette tente, nous gémissons parce que nous attendons, avec un ardent désir, de revêtir, par-dessus ce corps, notre domicile qui est de nature céleste 3 – si, bien sûr, cela se produit tant que nous sommes encore vêtus de notre corps, et non quand la mort nous en aura dépouillés.

4 En effet, nous qui vivons dans cette tente, nous gémissons, accablés, parce que nous voulons, non pas nous dévêtir, mais revêtir un vêtement par-dessus l’autre. Ainsi ce qui est mortel sera absorbé par la vie.

5 C’est Dieu lui-même qui nous a destinés à un tel avenir, et qui nous a accordé son Esprit comme acompte des biens à venir. 6 Nous sommes donc, en tout temps, pleins de courage, et nous savons que, tant que nous séjournons dans ce corps, nous demeurons loin du Seigneur – 7 car nous vivons guidés par la foi, non par la vue. 8 Nous sommes pleins de courage, mais nous préférerions quitter ce corps pour aller demeurer auprès du Seigneur.

9 Aussi, que nous restions dans ce corps ou que nous le quittions, notre ambition est de plaire au Seigneur. 10 Car nous aurons tous à comparaître devant le tribunal du Christ, et chacun recevra ce qui lui revient selon les actes, bons ou mauvais, qu’il aura accomplis par son corps.

 

Vous pouvez écouter cet exposé (légèrement modifié) enregistré pendant le Réseau des Scientifiques Évangéliques qui avait pour thème de Transhumanisme. (15 min)

 

Voici un tableau montrant  les oppositions employées pas Paul dans ce passage :

 

Fondamentalement, la Résurrection des morts équivaut au retour de Jésus et donc au rétablissement des choses telles que Dieu les veut/voit. C’est justement cela qui donne du courage à Paul pour remplir sa mission.

Paul pourrait pleurer sur ce qu’il n’a pas ou plus

  • sur ce qu’il a laissé (la gloire d’avant sa conversion),

  • sur le succès qu’il n’a pas (il rencontre une grande opposition et les communautés qu’il fonde sont très fragiles)

  • sur ses limites relationnelles, physiques, intellectuelles

 

Pourtant il gémit à propos de ce qu’il va avoir !

Plusieurs certitudes lui donnent du courage :

  1. Son être intérieur se renouvelle grâce à l’Esprit Saint. C’est un avant-goût de la résurrection

  2. Il espère que Jésus va revenir et lui donner un corps glorieux.

  3. S’il meurt avant que Jésus revienne, il sait qu’il sera auprès de Lui (mais sans corps)

  4. Il sait qu’il devra rendre des comptes sur ce qu’il aura fait (donc ce n’est pas vain)

 

Aspiration céleste : consécration

  • Si vous êtes satisfaits par ce monde, si vous pensez qu’il peut s’améliorer tout seul, vous n’avez pas besoin de la résurrection. La résurrection est faite pour ceux qui ont compris qu’ils sont voyageurs, étrangers sur cette terre. Ils n’appartiennent pas à ce monde-ci mais à celui d’après. Les chrétiens doivent être obsédés par la réalité éternelle, par la gloire de Dieu ; pas par la soi disant réalité actuelle. Connaître la perfection à venir ne peut aboutir qu’à une insatisfaction face à notre monde : la résurrection nous fait espérer la perfection et nous rappelle que nous ne vivons pas dans un monde normal. La réalité n’est pas celle qu’on croit ! Nous sommes destinés à :

  1. avoir un corps parfait, immortel, adapté à l’éternité… le même corps que Jésus.

  2. être en communion totale avec le Seigneur Jésus

  3. rendre compte de ce que nous avons fait.

 

  • Si notre environnement est d’une extrême médiocrité en comparaison à la vie que Jésus nous promet, nous n’avons rien à perdre, tout à gagner à Le servir pleinement. Nous ne sommes pas comme ceux qui n’ont pas d’espérance et qui vise la préservation. Nous pouvons prendre le risque de faire des sacrifices car nous savons que ce sont des investissements mais surtout parce qu’en étant consacrés l’Esprit Saint nous façonne, nous renouvelle, nous fait goûter aux réalités célestes. On ne peut pas ressusciter sans mourir, l’Esprit Saint ne peut agir en nous si nous ne mourrons pas à ce monde.

 

 

 

 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *