1 Rois 20.1-21 – Le cycle d’Élie (10)

Bien renseigné !

20.1 Ben-Hadad, roi d’Aram, rassembla toute son armée ; il avait avec luitrente-deux rois,des chevaux et des chars. Il se mit en campagne, assiégea Samarie et lui fit la guerre. 2 Il envoya dans la ville des messagers à Achab, roi d’Israël, 3 et lui fit dire : Ainsi parle Ben-Hadad : Ton argent et ton or m’appartiennent ; tes femmes et tes fils les plus beaux m’appartiennent.4 Le roi d’Israël répondit : O roi, mon seigneur, selon ta parole, je t’appartiens avec tout ce que j’ai.5 Les messagers revinrent et dirent : Ainsi parle Ben-Hadad : Je t’ai fait dire : Tu me livreras ton argent et ton or, tes femmes et tes fils. 6 Je t’enverrai donc mes hommes demain, à cette heure-ci ; ils fouilleront ta maison et les maisons des gens de ta cour, ils mettront la main sur tout ce qui a de la valeur à tes yeux, et ils le prendront.

7 Le roi d’Israël appela tous les anciens du pays et leur dit : Constatez, je vous prie, que cet homme nous veut du mal ; il a envoyé des messagers pour me demander mes femmes et mes fils, mon argent et mon or, et je ne lui ai rien refusé ! 8 Tous les anciens et tout le peuple dirent à Achab : Ne l’écoute pas, ne consens pas. 9 Il dit alors aux messagers de Ben-Hadad :Dites à mon seigneur le roi : Je ferai tout ce que tu m’as demandé la première fois ; mais cela, je ne peux pas le faire. Les messagers s’en allèrent et lui portèrent la réponse.

10 Ben-Hadad fit dire à Achab : Que les dieux me fassent ceci et qu’ils y ajoutent cela, si la poussière de Samarie suffit à remplir le creux de la main de toutes les troupes qui sont sur mes pas !11 Mais le roi d’Israël répondit : Dites-lui : Que celui qui se prépare au combat ne fasse pas le fier comme s’il en revenait !

12 Lorsque Ben-Hadad entendit cette parole, il était en train de boire avec les rois dans les huttes. Il dit à ses hommes : A vos postes ! Et ils se postèrent face à la ville.

13 Alors un prophète s’approcha d’Achab, roi d’Israël, et dit : Ainsi parle le SEIGNEUR : Tu vois toute cette grande multitude ? Aujourd’hui, je te la livre, et tu sauras que je suis le SEIGNEUR (YHWH). 14 Achab dit : Par qui ?Et il répondit : Ainsi parle le SEIGNEUR : Par les cadets des chefs des provinces. Achab dit : Qui engagera le combat ? Et il répondit : Toi.15 Alors Achab passa en revue les cadets des chefs des provinces : il y en avait deux cent trente-deux; après eux, il passa en revue tout le peuple, tous les Israélites : ils étaient sept mille.

16 Ils firent une sortie à midi. Ben-Hadad buvait à s’enivrer dans les huttes avec les trente-deux rois qui étaient venus à son aide. 17 Les cadets des chefs des provinces sortirent les premiers. Ben-Hadad s’informa et on lui dit : Des hommes sont sortis de Samarie. 18 Il dit :S’ils sortent pour la paix, prenez-les vivants ; s’ils sortent pour le combat, prenez-les vivants ! 19 Les cadets des chefs des provinces et l’armée qui les suivait sortirent de la ville. 20 Ils abattirent chacun son homme, et les Araméens prirent la fuite. Israël les poursuivit. Ben-Hadad, roi d’Aram, s’échappa sur un cheval, avec des chars. 21 Le roi d’Israël sortit, abattit les chevaux et mit à mal les chars ; il infligea aux Araméens une grande défaite.

Les autres prophètes

Notons que nous nous embarquons dans une histoire où Élie est absent mais dans laquelle plusieurs prophètes interviennent. Comme quoi, Élie n’était vraiment pas seul pour servir Dieu… et donc pas aussi indispensable qu’il ne l’affirmait ! À moins qu’après son tête à tête avec Dieu, Élie ait décidé de constituer autour de lui et d’Élisée une communauté.

Ben-Hadad pousse le bouchon trop loin

Le roi de Syrie cherche des noises à celui d’Israël. Épisode 1 : Ben Hadad exige qu’Achab soit son vassal (3) et ce dernier est d’accord (4). Épisode 2 : Ben Hadad veut carrément piller Achad (5-6) et là ça va trop loin pour Achab (7-9). Épisode 3 : Ben Hadad menace Israël de destruction (10), Achab relève le défi (11). Nous allons donc tout droit vers une guerre asymétrique car l’armée syrienne est « une multitude » (13) alors que l’armée d’Israël ne compte que 7000 homme (15). C’est d’ailleurs à cause de la puissance de son voisin qu’Achab avait accepté sans broncher la suzeraineté de celui-ci. Mais là, il semble qu’Achab ait un peu d’orgueil en ce qui concerne la politique extérieure : il n’est pas prêt à se laisser faire sans rien dire.

Relation à Dieu (13-15)

Malgré l’infidélité (ou plutôt la faiblesse) du roi, Dieu reste fidèle et lui envoie un prophète pour le guider vers la victoire. À noter qu’Achab croit la révélation divine et obéit ! Il n’a peut-être pas d’autre choix (il est au pied du mur) mais surtout il a tout l’air d’être hénothéiste : il considère YHWH comme Dieu principal tout en ne niant pas l’existence de divinités secondaires comme celles de Jézabel.

Victoire !

Nous n’assistons pas ici à un miracle mais à une sortie militaire au moment idéal : quand le camp adverse est complètement saoul (16) et alors que le roi syrien est bien trop sûr de lui (18). Numériquement l’ennemi était supérieur mais tactiquement il a commis trop d’erreurs pour gagner. Dans toute guerre, le renseignement est absolument capital ; c’est exactement le cadeau que Dieu a fait à Israël.

Le Maître du Plan

Dieu agit moins en faisant des choses incroyables qu’en disant ce qu’il va se passer. Être renseigné sur le plan de Dieu, sur ce qu’il veut et compte faire c’est la définition même de l’espérance chrétienne. C’est la raison pour laquelle Jésus a souvent opposé la connaissance de Dieu, la foi aux miracles. En effet, ces derniers n’étaient là que pour authentifier (auprès des vrais croyants) que le plan de Dieu était sur les bons rails. Et l’on voit que tout se met en place « comme par magie » : des anges préviennent tout le monde pour l’incarnation (Marie, Joseph, les bergers, les mages), Jésus dit très tôt et répète de nombreuses fois comment va se terminer son ministère et même celui de Pierre (Jn 21.18-19), Dieu met tout en place pour que Pierre et Corneille se rencontre, pour que son prophète Agabus prévienne Paul de la suite et fin de son ministère et il montre à celui-ci qu’avant la fondation du monde tout doit être réuni sous le gouvernement du Seigneur Jésus (Eph 1). L’Apocalypse enfin résume plusieurs fois toute l’histoire du monde pour la faire aboutir au retour du Roi Jésus sur une nouvelle terre parfaite. Dans la guerre contre le Mal, nous avons tout pour être serein car nous savons ce qui nous attend et dans quel sens les événements vont aller, nous savons quelles armes utiliser et nous connaissons les noms des vainqueurs (nous). C’est pourquoi, nous pouvons affirmer avec le Seigneur et ses apôtres que depuis 2000 ans nous sommes dans les derniers temps, dans l’avant-dernier épisode du plan de Dieu où nous attendons le dernier élément déterminant de l’Histoire : le retour du Maître.

 

→ Ne soyons pas trop impressionnés par notre mode de vie décalé et notre foi à contre-courant de celle du reste du monde. Obéissons à Jésus et soyons émerveillés de ce qu’il fera pour nous et notre monde ! Nous, nous savons que son règne est commencé.

→ Quand nous avons peur de parler de Jésus à quelqu’un, qui sait si l’Esprit Saint n’a pas déjà mis sur son cœur, à notre insu, une soif de connaître Jésus… que nous pourrions étancher ? Alors n’hésitons pas.

→ 1P1.10 Ce salut a fait l’objet des recherches et des investigations des prophètes qui ont annoncé d’avance la grâce qui vous était destinée. 11 Ils cherchaient à découvrir à quelle époque et à quels événements se rapportaient les indications données par l’Esprit du Christ. Cet Esprit était en eux et annonçait à l’avance les souffrances du Messie et la gloire dont elles seraient suivies. 12 Il leur fut révélé que le message dont ils étaient chargés n’était pas pour eux, mais pour vous. Et ce message vous a été communiqué maintenant par ceux qui vous ont annoncé la Bonne Nouvelle sous l’action de l’Esprit Saint envoyé du ciel ; les anges eux-mêmes ne se lassent pas de le découvrir.

→ Merci notre Père des moyens extraordinaires que tu as mis en place pour nous sauver et nous persuader de mettre notre foi en Jésus ! Merci parce que nous avons l’assurance que rien « ne pourra nous séparer de ton amour en Jésus-Christ, notre Seigneur. » (Rm 8.39)

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *