Amos 6.1-7 – OISIVETÉ

6.1 Quel malheur pour ceux qui sont satisfaits à Sion,

ceux qui vivent en toute confiance dans la montagne de Samarie,

ces notables de la première des nations,

auprès desquels va la maison d’Israël !

2 Passez à Kalné et regardez,

de là, allez jusqu’à Hamath la grande,

et descendez à Gath des Philistins :

valent-elles mieux que ces royaumes-ci,

et leur territoire est-il plus grand que le vôtre ?

3 Vous croyez éloigner le jour du malheur,

et vous faites approcher le règne de la violence.

4 Couchés sur des lits d’ivoire,

vautrés sur des divans,

ils mangent les jeunes béliers du troupeau,

les veaux à l’étable.

5 Ils égrènent les sons du luth,

comme David, ils se sont inventé des instruments de musique.

6 Ils boivent du vin dans des calices,

ils se confèrent des onctions avec les prémices de l’huile,

ils ne souffrent pas du désastre de Joseph !

7 C’est pourquoi maintenant ils vont être exilés en tête des exilés,

et les banquets des vautrés prendront fin.

 

Tout va bien !

Quand on vit une période de paix et de prospérité, il faut en profiter. Pour les dirigeants de Juda et Israël, la vie est belle : le confort, le luxe, les loisirs… on s’ennuierait presque (4-6) !

Petit rappel

Quand on lit ce passage, il ne faut pas oublier le reste du livre d’Amos (et la dernière phrase du v.6) : ces puissants se goinfrent alors qu’il volent des pauvres qui crèvent de faim !

Châtiment

Les villes qui sont citées par Amos (2) sont situées à l’extérieur du royaume d’Israël mais pas trop loin. Bientôt elle seront prises par l’armée assyrienne… qui envahira aussi Israël en détruisant Samarie. La descente de divan va être assez violente pour certains (7) !

 

  • Les chrétiens occidentaux du XXIième siècle ressemblent assez à ce tableau ! Que le Seigneur nous aide à utiliser notre temps libre pour Le servir et non pour nous perdre dans des futilités qui nous font oublier nos responsabilités de chrétiens ! Que Son Esprit nous montre quoi faire pour l’avancement de Son Royaume.
  • La fameuse fracture sociale, avec des riches qui se gavent parmi des pauvres qui souffrent, est intolérable au sein du peuple de Dieu. « Il n’y aura pas de pauvres parmi vous ! » disait le Seigneur dans la loi de Moïse (Deutéronome 15.4).
  • Et si la solution était le Sabbat ? Dans la loi de Moïse, ce jour était évidemment consacré au repos (pour tous, même les esclaves et les bêtes) mais aussi pour passer du temps avec sa famille, ses voisins bref, en étant attentifs aux autres ! Avant de régler la pauvreté (matérielle, morale, relationnelle, spirituelle) à l’autre bout du monde, Dieu nous demande d’être sensibles à celle qui est sous nos yeux et que nous voyons pas forcément. Pendant les jours de Sabbat, Jésus guérissait les malades !
  • Et nous instaurions un sabbat des écrans qui nous inciterait à regarder les autres et non notre nombril ?
Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *