Vie chrétienne : vacances ou épreuve ? (Apocalypse 6-7)

Selon l’interprétation idéaliste, le livre de l’Apocalypse décrit la vie des chrétiens de tous les temps. Dans cet article nous allons commenter une des sections de ce livre si riche.

Où en sommes-nous dans le récit ?

Depuis les chapitres 4 et 5 Jean voit le trône de Dieu, la cours céleste avec 24 anciens qui représentent les 2 alliances (12 tribus d’Israël + 12 apôtres) et 4 êtres vivants qui représentent toute la Création. Tout le monde loue Dieu. Dans la main de Dieu il y a un livre qui contient son plan pour l’Histoire du monde… mais personne n’arrive à l’ouvrir car il est scellé ! Le plan de Dieu est-il donc à l’arrêt ? Non, car un agneau égorgé (=Jésus) arrive et lui seul est digne d’ouvrir le sceaux du livre, c’est à dire de mettre en œuvre le plan de Dieu et le révéler ! Le but du livre c’est donc de révéler l’Histoire du monde depuis son Quartier Général : le Ciel. Le passage des 7 sceaux va nous montrer notre histoire. Le jeu va donc consister à se poser une seule et unique question : l’histoire du monde décrite ici (et dans les autres septénaires) est-elle positive ou négative pour les chrétiens ?

Ouverture du premier sceau : le conquérant

Apocalypse 6.1 Puis je vis l’Agneau ouvrir le premier des sept sceaux et j’entendis l’un des quatre êtres vivants dire d’une voix de tonnerre :

– Viens !

Et je vis venir un cheval blanc. Son cavalier était armé d’un arc. Une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre.

Ouverture du deuxième sceau : la guerre

Quand l’Agneau ouvrit le deuxième sceau, j’entendis le deuxième être vivant dire :

– Viens ! Un autre cheval sortit : il était rouge feu. Son cavalier reçut le pouvoir de bannir la paix de la terre pour que les hommes s’entretuent, et une grande épée lui fut donnée.

Ouverture du troisième sceau : la famine

Quand l’Agneau ouvrit le troisième sceau, j’entendis le troisième être vivant dire :

– Viens !

Et je vis venir un cheval noir. Son cavalier tenait une balance dans la main. Et j’entendis comme une voix venant du milieu des quatre êtres vivants ; elle disait :

– Un litre de blé au prix d’une journée de travail et trois litres d’orge pour le même prix. Quant à l’huile et au vin, épargne-les !

Ouverture du quatrième sceau : la mort

Quand l’Agneau ouvrit le quatrième sceau, j’entendis la voix du quatrième être vivant dire :

– Viens !

Et je vis venir un cheval blême. Son cavalier s’appelle « La Mort » et il était suivi du séjour des morts. Il leur fut donné le pouvoir sur le quart de la terre de faire périr les hommes par l’épée, la famine, les épidémies et les bêtes féroces.

Enseignements de cette partie

  1. Les chrétiens font partie de ce monde avec des jeux de pouvoir, de guerre, la famine et la mort. Ils n’en sont pas retirés. 
  2. Tout cela est la conséquence de la rébellion des hommes contre leur Créateur, un peu comme si la Création défigurée par la Chute (représentée par les 4 être vivants qui appellent les cavaliers) se déchaînait contre les Hommes. C’est un châtiment voulu par Lui, c’est un avertissement pour qu’ils reviennent à Lui. Un énorme panneau indicateur où il est inscrit : « regardez comme votre monde est pourri sans Moi, revenez à Moi !!! »

Ouverture du cinquième sceau : vision des martyrs

Quand l’Agneau ouvrit le cinquième sceau, je vis, sous l’autel, les âmes de ceux qui avaient été égorgés à cause de leur fidélité à la Parole de Dieu et du témoignage qu’ils avaient rendu. 10 Ils s’écrièrent d’une voix forte : – Maître saint et véritable, jusques à quand tarderas-tu à juger les habitants de la terre et à leur demander compte de notre mort ?

11 Alors chacun d’eux reçut une tunique blanche, et il leur fut dit de patienter encore un peu de temps jusqu’à ce que soit au complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui allaient être mis à mort comme eux.

Enseignements de cette partie

  1. Ici on est au Ciel, en présence de chrétiens et on en apprend beaucoup sur leur statut : ils ont été égorgés à cause de leur foi en Jésus et ils demandent justice contre les habitants de la terre qui sont leurs persécuteurs. Terre = monde hostile pour les chrétiens.
  2. Quelle est la réponse céleste ? Ils doivent attendre les autres chrétiens qui doivent eux aussi être persécutés : donc ça ne va pas finir ! Et le détail intéressant ici (que nous voyons dans la suite de l’Apocalypse) c’est que Martyr = témoignage = chance de prouver, de mettre en pratique sa foi en Jésus.

Ouverture du sixième sceau : le jour de la colère

12 Puis je vis l’Agneau ouvrir le sixième sceau et il y eut un violent tremblement de terre. Le soleil devint noir comme une toile de sac, la lune tout entière devint rouge comme du sang. 13 Les étoiles du ciel s’abattirent sur la terre, comme font les fruits verts d’un figuier secoué par un gros coup de vent. 14 Le ciel se retira comme un parchemin qu’on enroule, et toutes les montagnes et toutes les îles furent enlevées de leur place. 15 Les rois de la terre et les hauts dignitaires, les chefs militaires, les riches et les puissants, tous les esclaves et tous les hommes libres, allèrent se cacher au fond des cavernes et parmi les rochers des montagnes. 16 Ils criaient aux montagnes et aux rochers :Tombez sur nous et cachez-nous loin du regard de celui qui siège sur le trône, loin de la colère de l’Agneau. 17 Car le grand jour de leur colère est arrivé, et qui peut subsister ?

Enseignements de cette partie

  1. En réponse à la prière des chrétiens, les persécuteurs ne font plus du tout les malins car l’Agneau se fâche et fait justice (16). Le v.16 cite Ésaïe quand il parle des idolâtres.
  2. La suite du texte est un interlude (qui sort donc de l’ouverture des sceaux) qui va répondre à la question du v.17.

Les cent quarante-quatre mille marqués du sceau de Dieu

7.1 Après cela, je vis quatre anges ; ils se tenaient debout aux quatre coins de la terre. Ils retenaient les quatre vents de la terre pour qu’aucun vent ne souffle ni sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre.

Et je vis un autre ange monter du côté de l’Orient. Il tenait le sceau du Dieu vivant. Il cria d’une voix forte aux quatre anges auxquels Dieu avait donné le pouvoir de ravager la terre et la mer. Il leur dit :

– Ne faites pas de mal à la terre, à la mer, ni aux arbres, tant que nous n’avons pas marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu.

J’entendis le nombre de ceux qui furent ainsi marqués : ils étaient cent quarante-quatre mille de toutes les tribus du peuple d’Israël à porter cette marque : douze mille de la tribu de Juda marqués du sceau, douze mille de la tribu de Ruben, douze mille de la tribu de Gad, douze mille de la tribu d’Aser, douze mille de la tribu de Nephtali, douze mille de la tribu de Manassé, douze mille de la tribu de Siméon, douze mille de la tribu de Lévi, douze mille de la tribu d’Issacar, douze mille de la tribu de Zabulon, douze mille de la tribu de Joseph, douze mille de la tribu de Benjamin, marqués du sceau.

Enseignement de cette partie

Les 144000 sont marqués du sceaux de Dieu, ils lui appartiennent (=12x12x1000 = la multitude du peuple de l’Ancienne et de la Nouvelle alliance)… mais ils vont subir les ravages de la terre. Le sceaux ne les protège pas mais il leur permet de tenir ferme, de rester fidèle.

L’Église triomphante

Après cela, je vis une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer. C’étaient des gens de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, de toute langue. Ils se tenaient debout devant le trône et devant l’Agneau, vêtus de tuniques blanches et ils avaient à la main des branches de palmiers. 10 Ils proclamaient d’une voix forte :

– Le salut appartient à notre Dieu qui siège sur le trône, et à l’Agneau.

11 Et tous les anges se tenaient debout tout autour du trône, des vieillards et des quatre êtres vivants. Ils se prosternèrent face contre terre devant le trône et ils adorèrent Dieu en disant :

12 Amen ! À notre Dieu soient la louange, 

la gloire et la sagesse, 

la reconnaissance et l’honneur, 

la puissance et la force 

pour toute éternité ! 

Amen !

13 Alors l’un des vieillards prit la parole et me demanda :

– Ces gens vêtus d’une tunique blanche, qui sont-ils et d’où sont-ils venus ?

14 Je lui répondis :

– Mon seigneur, c’est toi qui le sais.

Il reprit :

– Ce sont ceux qui viennent de la grande détresse. Ils ont lavé et blanchi leurs tuniques dans le sang de l’Agneau. 15 C’est pourquoi ils se tiennent devant le trône de Dieu et lui rendent un culte nuit et jour dans son Temple. Et celui qui siège sur le trône les abritera sous sa Tente.

16 Ils ne connaîtront plus ni la faim, ni la soif ; ils ne souffriront plus des ardeurs du soleil, ni d’aucune chaleur brûlante. 17 Car l’Agneau qui est au milieu du trône prendra soin d’eux comme un berger, il les conduira vers les sources d’eaux vives, et Dieu lui-même essuiera toute larme de leurs yeux.

Enseignement de cette partie

Ici les chrétiens sont au Ciel et ils ont vécu la grande détresse sur terre. C’est uniquement au Ciel qu’ils sont tranquilles (15-17).

Ouverture du septième sceau : un grand silence

8.1 Quand l’Agneau ouvrit le septième sceau, il se fit dans le ciel un silence d’environ une demi-heure.

Enseignement de cette partie

Le 7ème sceaux est ouvert, Dieu prend les choses en main, 7 trompettes vont sonner et les images vont s’intensifier.

Enseignements du passage des 7 sceaux

Être chrétien, c’est : 

  • jouir dès maintenant d’une communion merveilleuse avec le Père, en Jésus, par le Saint Esprit
  • connaître la paix, la joie, la progression sous l’impulsion du Saint Esprit : c’est aller mieux
  • C’est avoir des frères et sœurs qui nous épaulent, encouragent, aiment.
  • C’est avoir une espérance extraordinaire

MAIS

  • C’est aussi souffrir d’être dans un monde qui n’est pas le nôtre
  • C’est aussi lutter contre le Péché interne et externe
  • C’est aussi être des lumières dans ce monde, témoigner, être à contre-courant
  • C’est aussi payer le prix de nous rebeller contre le dragon/diable.

À quel (faux) Évangile croyez-vous ?

  • Dans un monde anormal, il est normal que les chrétiens aient les mêmes problèmes que tout le monde (maladies, accidents, défauts, etc.)… sauf qu’ils les vivent avec Jésus
  • Il est normal que la majorité des gens ne veuille pas entendre parler de l’Évangile ou le refuse
  • Les chrétiens sont appelés à être les instruments de Dieu, à servir son plan. Ils sont les esclaves de Jésus, ils le glorifient quel qu’en soit le prix. 

Applications

  • Qu’est-ce qui pourrait nous faire moins aimer ce monde habité par la rébellion contre Dieu et plus espérer en Jésus ? Des malheurs ou une meilleure compréhension du bonheur d’appartenir à Jésus ? 
  • Les chrétiens ne sont pas trop persécutés… parce qu’ils ne témoignent pas beaucoup ? Comment pouvons-nous être le poil à gratter qui interpelle, qui fait réfléchir nos contemporains à propos de Jésus ?
  • Qui est au centre de notre monde : Jésus ou nous ?
Facebooktwittermail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *