Joël 2 v.1-11 : Qui pourra le supporter ?

Sonnez de la trompe en Sion ! 
Lancez des acclamations dans ma montagne sacrée ! 
Que tous les habitants du pays tremblent ! 
Car le jour du SEIGNEUR vient, 
il est proche.

Jour de ténèbres et d’obscurité, 
jour de nuée et d’obscurité épaisse, 
il vient comme l’aurore qui se déploie sur les montagnes. 
C’est un peuple nombreux et fort, 
tel qu’il n’y en a jamais eu 
et qu’il n’y en aura plus 
dans toutes les générations à venir.

Devant lui, un feu dévorant ; 
derrière lui, des flammes brûlantes ; 
le pays est devant lui comme un jardin d’Eden, 
et derrière lui c’est un désert, un lieu dévasté ; 
rien ne lui échappe !

On dirait des chevaux, 
ils courent comme des attelages.

On dirait un bruit de chars 
qui bondissent sur le sommet des montagnes. 
On dirait le bruit des flammes 
qui dévorent le chaume. 
On dirait un peuple fort 
rangé en ordre de bataille.

A sa vue, les peuples tremblent, 
tous les visages pâlissent.

Ils courent comme des héros, 
ils escaladent une muraille comme des hommes de guerre ; 
chacun va son chemin, 
ils ne quittent pas leur route.

Personne ne bouscule son voisin, 
chacun suit sa propre route ; 
ils se ruent au travers des projectiles 
sans rompre les rangs.

Ils fondent sur la ville, 
courent sur la muraille, 
escaladent les maisons, 
entrent par les fenêtres comme un voleur.

10 Devant lui, la terre s’agite, 
le ciel tremble, 
le soleil et la lune s’assombrissent, 
les étoiles perdent leur clarté.

11 Le SEIGNEUR fait retentir sa voix devant son armée : 
sa troupe est immense, 
celui qui exécute sa parole est fort ; 
car le jour du SEIGNEUR est grand, 
il est très redoutable : 
qui pourra le supporter ?

Le jour de l’Eternel arrive

Ce texte nous parle du jour de l’Eternel. Le verset 1 annonce que : « le jour de l’Eternel vient, il est proche ». Et le verset 11 conclut que « le jour de l’Eternel est grand, il est terrible ». Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Joël, comme d’autres prophètes, utilisent l’expression « jour de l’Eternel » pour désigner un jour de jugement.

Il revient ainsi sur la catastrophe du chapitre 1 en montrant qu’il s’agit d’un jugement divin : « l’Eternel fait entendre sa voix à la tête de son armée » (v.11). Le fléau subi par le peuple est donc une conséquence de son infidélité envers Dieu. C’était un des châtiments prévus dans la loi donnée à Moïse (Deutéronome 28 v.38). 

Ce jugement de Dieu est redoutable : les habitants de Juda tremblent (v.1) suivis de tous les peuples (v.6) jusqu’à la création elle-même (v.10).

Une scène d’action…

Avec les images utilisées, on se croirait presque dans un film. L’étau se resserre de plus en plus : d’abord les ténèbres et l’obscurité qui se répandent peu à peu (v.2), puis le feu qui progresse immanquablement (v.2, 5), puis l’armée qui s’élance, escalade les murs, les murailles, s’infiltre dans les maisons… Nous sommes pris au piège !

…qui finit en queue de poisson

Le film s’arrête de façon étonnante : la maison est envahie, l’obscurité est complète. Mais que se passe-t-il après ? La question reste en suspens : « qui pourra le supporter ? » (v.11). D’une certaine façon, Joël nous met face à notre incapacité à résister au jugement de Dieu. On en frissonne !

 Un jour, l’obscurité a régné en plein midi, la terre a tremblé. L’étau s’est resserré sur Jésus. Il n’a pas pu échapper à la punition divine. Méditons sur l’horreur qu’a vécue Jésus en subissant le jugement de Dieu à notre place.

Facebooktwittermail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *