Ésaïe

Ésaïe, le « prophète évangélique », débuta son ministère à la fin du règne d’Ozias et continua pendant les règnes de Yotam, Ahaz et Ézéchias.

Une tradition juive, à laquelle une allusion est peut-être faite en Hébreux 11.37, raconte qu’il fut tué durant le règne de Manassé et découpé en petits morceaux. Il fut un homme d’une foi remarquable et il en vint à exercer une large influence sur ses concitoyens. Il dut faire face à de nombreuses difficultés, car le peuple était corrompu moralement et spirituellement. Le riche oppressait le pauvre et il se délectait dans un luxe licencieux ; on achetait et on vendait sans honte des décisions de justice. Lorsqu’il y avait des situations de détresse, les hommes se tournaient vers les idoles, et quand ils étaient en danger ils recherchaient les alliances avec les grandes puissances. Ésaïe les pressa d’avoir une confiance tranquille en Dieu, seul chemin sûr. Lors de la crise suprême de l’invasion assyrienne, son conseil fut suivi, et il lui fut donné entièrement raison lors de la destruction de l’armée assyrienne.

Ésaïe parle plus d’un jugement imminent, mais il prévoit également la venue du Messie et l’établissement de son royaume. Son intérêt n’était pas confiné seulement à sa propre nation, Juda. Ses prophéties concernaient aussi le royaume du nord (Israël) et les grandes nations qui entourent la Palestine.

Les 27 derniers chapitres (40-66) contiennent un nombre important de prophéties qui cherchent à consoler et à avertir ceux qui vivraient au temps de la période de captivité juive à Babylone, après la destruction de Jérusalem par Nabuchodonosor quelques 150 ans après Ésaïe.

Il n’est pas possible d’aborder ici le débat moderne, selon lequel les chapitres 40 à 66 ne seraient pas l’œuvre d’Ésaïe, mais d’un ou plusieurs prophètes qui vécurent pendant la période de l’exil. Il suffit de noter que ces études adoptent le point de vue, fortement établi par les auteurs du Nouveau Testament en accord avec l’ancienne tradition juive, qu’Ésaïe est l’auteur unique du livre. Il avait déjà prévu dans la vision des chapitres 13.1 à 14.23 (auquel son nom est attaché, voir 13.1) et dans d’autres visions (21.1-10 ; 35 ; 39.6 entre autres) la montée de Babylone vers le pouvoir et la gloire, puis sa chute et la libération des captifs juifs. Mais dans ses dernières prophéties, le message joyeux de la rédemption lui est révélé de façon bien complète, et il déclare que c’est Dieu qui a mis ces messages dans son cœur et sur ses lèvres.

Les derniers chapitres contiennent les quatre prophéties, connues comme les passages sur le « serviteur » (voir le plan) dans lesquels le prophète décrit le serviteur idéal de Dieu et, ce faisant, dessine une image parfaite du Seigneur Jésus-Christ. C’est une illustration de l’aspect frappant des prophéties de ces chapitres, qui vont plus loin que la période du retour sous Cyrus pour évoquer la venue de Jésus Christ et les événements de notre époque. Alors qu’ils parlent d’Israël en s’adressant à lui, on y voit également un message pour ceux qui appartiennent à Christ. La foi triomphante en Dieu, la révélation du caractère de Dieu et de sa façon d’agir, un regard lucide sur le cœur humain dans ses péchés et ses faiblesses, les promesses précieuses et incommensurables desquelles ces chapitres abondent font de cette partie des Écritures une véritable mine de richesses pour le lecteur chrétien.

Plan

1 Introduction. Reproches de Dieu à l’égard de son peuple.

2-4 Prophéties sur le jugement, entre deux oracles messianiques.

5 Le chant de la vigne. Une série de malheurs. Vision d’une armée d’invasion.

6 L’appel d’Ésaïe.

7.1-10.4 Les événements en rapport avec l’alliance d’Éphraïm (c’est-à-dire Israël, le royaume du nord d’Israël) et de la Syrie contre Juda et les prophéties qui en résulteront ; certaines sont messianiques.

10.5-34 Invasion de Juda par l’Assyrie et ses conséquences pour l’Assyrie, puis pour Juda.

11-12 Prophéties messianiques.

13-23 Prophéties contre les nations, à part 22.1-14 (Jérusalem) et 22.15-25 (Chebna et Éliaqim).

24-27 Prophéties du jour du Seigneur à travers l’aspect du jugement du monde et de la libération d’Israël.

28-33 Prophéties en rapport avec une alliance proposée avec l’Égypte. Certaines évoquent le jugement, d’autres la libération, et la venue du Messie.

34-35 Vengeance contre Édom, mais le salut pour les rachetés du Seigneur, au retour de l’exil.

36-39 Partie historique.

40-48 La bonne nouvelle de la rédemption d’Israël, libéré de la captivité à travers l’action de Cyrus. La suprématie de Dieu sur les nations et leurs dieux.

42.1-7 Le premier des passages du « serviteur ».

49-57 Messages d’encouragement et de consolation, avec réprimande pour ceux qui pratiquent le mal.

49.1-9 Deuxième passage du « serviteur » : la lumière des nations.

50.4-9 Troisième passage du « serviteur » : outragé et secouru.

52.13-53.12 Quatrième passage du « serviteur » : ses souffrances.

58-66 Condamnation du péché. Visions de la gloire de Sion. Prière pour l’intervention de Dieu, et réponse de Dieu : le peuple sera passé au crible. Le vrai Israël héritera « des nouveaux cieux et de la nouvelle terre » et ceux qui refuseront de se tourner vers Dieu seront détruits.

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *