Le renouvellement de notre intelligence

« Je vous encourage donc, mes frères, au nom de toute la magnanimité de Dieu, à offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint et agréé de Dieu ; voilà quel sera pour vous le culte conforme à la Parole. Ne vous conformez pas à ce monde-ci, mais soyez transfigurés par le renouvellement de votre intelligence, pour discerner quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréé et parfait. » (Rm 12.1-2)

« Soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence ». Voilà l’encouragement que Paul adressait à la première église de Rome. Mais que pouvait-il bien vouloir dire ? Quel est l’objet de ce renouvellement de l’intelligence ?

Premièrement, Paul pourrait vouloir dire que nous devons transformer notre intelligence, c’est à dire travailler à notre compréhension intellectuelle de la foi et de l’Évangile. Peut-être même que Paul recommandait que chacun suive des cours de philosophie ? Paul dirait donc que la foi est essentiellement une affaire de compréhension intellectuelle et donc dépendrait de ce que notre cerveau pourrait bien comprendre de réalités aussi complexes que la souveraineté de Dieu, la trinité ou l’incarnation. Mais à la lumière de nombreux autres passages dans lesquels Paul exhorte à la sagesse, il est difficile de conclure que ce renouvellement n’est qu’une affaire de compréhension intellectuelle.

Deuxièmement, cette transformation pourrait être une augmentation des capacités intellectuelles et spirituelles de notre cerveau. C’est ce que prône le transhumanisme (ou post-humanisme, ou h+), mouvement intellectuel et culturel qui met en avant la possibilité de dépasser les limitations inhérentes à la nature humaine par l’utilisation des NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, intelligence artificielle, sciences cognitives). Dans une perspective chrétienne, cela signifierait que la transformation de l’intelligence serait de portée essentiellement technologique. Bien sûr, l’erreur est là aussi de croire que cette transformation est purement intellectuelle.

Troisièmement, nous pourrions prendre cette exhortation de Paul comme une affirmation de la radicale différence entre chrétiens et non chrétiens, différence affectant même le fonctionnement de notre cerveau. Le chrétien serait donc complètement transformé par l’Esprit, au point où l’intelligence même ne serait plus la même. Cette position aussi présente plusieurs difficultés, comme le constat que de nombreux non chrétiens ont une meilleure compréhension de bien des choses (cf. science, art, etc.) !

Pour proposer une perspective plus équilibrée, il faut revenir sur ces deux versets. Notons que Paul explique ce « renouvellement » par un contraste, comme il le fait souvent. Le renouvellement de l’intelligence c’est, en essence, le contraire de la conformité au monde (v. 2) ; c’est vivre, raisonner, espérer, sur un fondement différent que celui sur lequel « ce monde-ci » se construit. C’est changer de fondement, c’est changer de présupposés et de vision du monde. Cette transformation de la compréhension nous conduit à vivre et penser différemment, et non pas à une certaine passivité ou retrait du monde comme dans certaines religions ou spiritualités.

Première conséquence : ce renouvellement exige des efforts positifs de notre part, une sanctification incarnée dans la pratique (Ph 2.12-13). C’est par le « renouvellement de notre esprit », et surtout « par l’esprit de notre intelligence » (Ep 4.23) que passe cette transformation qui est donc un processus initié par la conversion et qui ne prend fin que lors de la restauration et glorification finale. Il n’y a donc pas de transformation magique et totale.

Deuxième conséquence : nous aurons à identifier comment démontrer dans notre foi quotidienne que nous ne nous conformons pas au monde. Cela demande une certaine pratique et le discernement nécessaire à la destruction de toutes les idoles qui envahissent et asservissent le monde dans lequel nous vivons. C’est certainement ce dernier aspect qui est l’un des plus importants dans cette transformation de la compréhension.

Troisième conséquence : nous ne sommes pas abandonnés seuls face notre expérience, essayant tant bien que mal de comprendre le fonctionnement du monde et de notre cerveau. Nous sommes beaucoup plus que ce que ces processus chimiques font de nous : cette transformation est celle de notre personne et inclut donc la volonté et la spiritualité humaine. En Ep 4.23-24 ce renouvellement est censé être directement conséquence d’une création en nous d’un « esprit nouveau » selon la justice, sainteté et vérité que produit Dieu. Ainsi, cette transformation de l’intelligence, donc non seulement de notre pensée mais aussi de notre compréhension, est catalysée par notre mise à l’écoute de la vérité biblique.

Quatrième conséquence : cette transformation par la confrontation avec la justice, sainteté et vérité biblique se fait en grande partie dans la communauté de foi. En effet cette exhortation à la transformation de l’intelligence et de la vie, devait être particulièrement frappante pour une église vivant dans la capitale de l’empire ! Ne pas se conformer à l’empire mais démontrer par un sacrifice vivant la bonté et la vérité du Dieu qui libère. Les empires n’ont pas disparus : ils ont simplement d’autres noms. Consommation, technique, etc. La tâche prophétique de l’église c’est d’être un terreau propice dans lequel la transformation de l’intelligence fera germer l’espérance.

Enfin, reste le but ultime de ce renouvellement pour Paul : ce qui est bon, agréé et parfait. Cette transformation, ce renouvellement à une direction : vivre la volonté de Dieu que nous ne découvrons pas mystiquement par une parole venue directement de Dieu mais par l’exercice de ce qui est bon, agréable et parfait. C’est lorsque ces choses sont visibles dans nos vies que nous démontrons la réalité de ce renouvellement dans toutes les dimensions de notre vie. Car nous sommes plus que la simple évolution matérielle de notre cerveau et de notre corps. Nous sommes des êtres entiers, conduits par une certaine compréhension (vision) de notre monde. Résistons donc à la conformité d’un monde lié par tout ce qui le rend esclave afin de proclamer, par cette transformation qu’initie le don de l’Esprit qui renouvelle, et que nourrit la vérité de la Parole, la présence du Dieu qui nous transforme à l’image de Christ, celui qui est Paix et Justice.

 

Yannick Imbert

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *