Comment renverser la vapeur ? ESTHER 4.1-11

Lorsque Mardochée eut connaissance de tout ce qui se faisait, il déchira ses vêtements et prit le sac et la cendre pour aller dans la ville. Il poussait de grands cris amers. 2 Il parvint ainsi jusqu’en face de la porte du Roi ; car il était impossible d’accéder à la porte du Roi revêtu d’un sac.

3 Dans chaque province, partout où parvenaient l’ordre et l’édit du roi, il y eut grand deuil chez les Juifs, jeûnes, pleurs et lamentations ; beaucoup se couchaient sur le sac et la cendre.

4 Les servantes d’Esther et ses eunuques vinrent le lui dire ; la reine en fut toute bouleversée. Elle envoya des vêtements à Mardochée pour qu’il les mette à la place du sac qu’il portait. Mais il n’accepta pas. 5 Alors Esther appela Hathak, l’un des eunuques que le roi avait mis à son service. Elle lui donna des ordres au sujet de Mardochée, pour savoir de quoi il s’agissait et quelle en était la raison. 6 Hathak sortit vers Mardochée sur la place de la ville qui est en face de la porte du Roi. 7 Mardochée lui dit tout ce qui arrivait, ainsi que le détail de l’argent que Haman avait promis de peser dans les coffres du roi pour qu’on fasse disparaître les Juifs. 8 Il lui donna aussi une copie de l’écrit signifiant l’édit de destruction qui avait été publié à Suse, pour qu’il la montre à Esther ; il devait lui faire un rapport et lui ordonner d’aller chez le roi pour le supplier et l’implorer en faveur de son peuple. 9 Hathak vint rapporter à Esther les paroles de Mardochée. 10 Esther dit à Hathak, en lui ordonnant de le rapporter à Mardochée : 11 Tous les gens de la cour du roi, ainsi que le peuple de toutes les provinces royales, savent que quiconque, homme ou femme, se présente au roi dans la cour intérieure sans avoir été convoqué est mis à mort en vertu d’une loi, la même pour tous ; seul peut rester en vie celui à qui le roi tend son sceptre d’or. Or moi, voilà trente jours que je n’ai plus été invitée à venir chez le roi.

Non repentance

Quand il prend connaissance de l’édit de Haman, Mardochée prend le deuil mais il ne se repend pas de son insolence à l’égard de l’amalécite. Comme c’est un combat qu’il compte gagner, il veut utiliser son arme principale : Esther.

Mise en scène

Mardochée ne peut entrer dans le palais à cause de son habit de deuil. Esther lui en fait porter un de rechange pour qu’il approche et lui parle mais celui-ci refuse. Il veut ainsi marquer son appartenance au peuple d’Israël et son refus d’être assimilé comme Esther l’est.

Requête très risquée

Une conversation, ou plutôt un débat, s’engage par serviteur interposé entre Esther et Mardochée : aller voir le roi sans être conviée, c’est suicidaire ! Esther, qui n’est pas du genre à enfreindre les règles, préfèrerait que Dieu permette que le roi l’appelle. En plus, le « jour du massacre » est prévu dans plus de 10 mois (le temps que la nouvelle parvienne à l’autre bout du grand empire), il y a donc le temps. Pourtant Mardochée la presse a prendre des risques, de gros risques !

Joseph et Nicodème

5 siècles plus tard, deux membres du sanhédrin, grand conseil et haute autorité religieuse pour les juifs, sont disciples de Jésus mais n’osent pas le dire car une majorité de leurs « collègues » leur est hostile. Ils ont assisté à sa condamnation par le Grand-Prêtre mais n’ont pas pu s’opposer à la crucifixion. Pourtant, après la mort du Seigneur, ils vont finir par assumer leur foi et prendre son corps pour le mettre dans un tombeau digne de Lui (Jn 19.38-42). Au bout d’un moment, il faut sortir du bois…

APPLICATIONS

  • Es-tu dans le camp de Jésus ? Comment cela se voit-il pratiquement ?
  • Quels sont les risques que tu pourrais prendre (souvent des habitudes à changer) pour faire avancer le Royaume de Dieu ?
Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *