Jean 18.19-27 : NUIT DE GARDE À VUE

 

19 De son côté, le grand-prêtre commença à interroger Jésus sur ses disciples et sur son enseignement.

20 Jésus lui répondit :

– J’ai parlé ouvertement devant tout le monde. J’ai toujours enseigné dans les synagogues et dans la cour du Temple où tout le monde se réunit. Je n’ai rien dit en secret. 21 Pourquoi donc m’interroges-tu ? Demande à ceux qui m’ont écouté comment je leur ai parlé. Ils savent fort bien ce que j’ai dit.

22 À ces mots, un des gardes qui se tenait à côté de lui le gifla en disant :

– C’est comme cela que tu réponds au grand-prêtre ?

23 Jésus lui répondit :

– Si j’ai mal parlé, montre où est le mal. Mais si ce que j’ai dit est vrai, pourquoi me frappes-tu ?

24 Hanne l’envoya enchaîné à Caïphe, le grand-prêtre.

25 Pendant ce temps, Simon Pierre se tenait toujours au même endroit et se chauffait. Quelqu’un lui dit :

– N’es-tu pas, toi aussi, un des disciples de cet homme ?

Mais Pierre le nia en disant :

– Non, je n’en suis pas.

26 Un des serviteurs du grand-prêtre, parent de celui à qui Pierre avait coupé l’oreille, l’interpella :

– Voyons, ne t’ai-je pas vu avec lui dans le jardin ?

27 Mais Pierre le nia de nouveau, et aussitôt, un coq se mit à chanter.

 

Interrogatoire

Cela fait trois ans que les religieux épient, critiquent, essaient de piéger Jésus, Anne a donc toutes les informations nécessaires pour se faire un avis le concernant ! Jésus ne se défend pas mais il est tout sauf passif : il laisse son interlocuteur prendre ses responsabilités… et en tant que chef religieux, elles sont énormes !

Première baffe

Jésus n’est pas impressionné par l’ancien Grand-Prêtre, cela se voit dans sa manière de répondre. Il prend donc son premier coup… pas le dernier. Sa manière de réagir, alors qu’il a des milliers d’anges à sa disposition pour lui faire justice, est toujours aussi non violente : il commence à boire la coupe que le Père lui donne.

Et pendant ce temps-là, près du feu…

Pierre continue de se liquéfier sous la pression de l’événement dramatique. Lui aussi subit un interrogatoire mais lui n’est pas prêt à donner sa vie, contrairement à ce qu’il croyait (13.37).

30 ans plus tard…

…Pierre écrira à des chrétiens qui étaient persécutés : « Ne craignez pas les hommes, ne vous laissez pas troubler. Reconnaissez, dans votre cœur, le Seigneur – c’est-à-dire le Christ – comme le Saint ; si l’on vous demande de justifier votre espérance, soyez toujours prêts à la défendre,  avec humilité et respect, et veillez à garder votre conscience pure. » 1 Pierre 3.14-16

  • Saviez-vous que les coqs qui dominent les églises catholiques sont là pour rappeler le reniement de Pierre (considéré par la même institution comme le 1er pape) ?
  • Face à la violence et l’injustice nous avons besoin de bien réagir et il est extrêmement difficile de savoir comment : ne pas être impressionné sans être trop agressif, être non violent sans pour autant être passif, être malin et stratégique sans être manipulateur, dire la vérité sans trop s’exposer… nous avons besoin que l’Esprit Saint nous guide pour ne pas être envahis par nos propres instincts !
Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *