David en fuite IV : Le bon carburant pour avancer

23.1 On dit à David : Les Philistins attaquent Qéila et saccagent les aires. 2 David interrogea le SEIGNEUR : Irai-je et battrai-je ces Philistins ? Le SEIGNEUR lui répondit : Va, tu battras les Philistins et tu sauveras Qéila. 3 Mais les hommes de David lui dirent : Ici même, en Juda, nous avons peur ; qu’est-ce que ce sera si nous allons à Qéila, contre les lignes des Philistins ? 4 David interrogea encore le SEIGNEUR, et le SEIGNEUR lui répondit : Descends à Qéila, car je te livre les Philistins. 5 David alla donc avec ses hommes à Qéila. Il attaqua les Philistins ; il emmena leurs troupeaux et leur infligea une grande défaite. Ainsi David sauva les habitants de Qéila. 6 Lorsque Abiathar, fils d’Ahimélek, s’était enfui pour rejoindre David à Qéila, il était descendu, l’éphod en main.

7 On dit à Saül que David était arrivé à Qéila. Alors Saül dit : Dieu me l’abandonne, car il est venu s’enfermer dans une ville qui a des portes et des verrous. 8 Alors Saül battit le rappel de tout le peuple pour la guerre, afin de descendre à Qéila et d’assiéger David et ses hommes. 9 David eut connaissance du mal que Saül tramait contre lui ; il dit à Abiathar, le prêtre : Apporte l’éphod ! 10 David dit : SEIGNEUR, Dieu d’Israël, moi, ton serviteur, j’ai appris que Saül cherche à venir à Qéila pour détruire la ville à cause de moi. 11 Les autorités de Qéila me livreront-elles à lui ? Saül descendra-t-il, comme je l’ai appris ? SEIGNEUR, Dieu d’Israël, je t’en prie, dis-le-moi ! Le SEIGNEUR répondit : Il descendra. 12 David dit encore : Les autorités de Qéila me livreront-elles, moi et mes hommes, à Saül ? Le SEIGNEUR répondit : Elles te livreront. 13 Alors David et ses hommes, environ six cents hommes, quittèrent Qéila et s’en allèrent où ils purent. On dit à Saül que David s’était échappé de Qéila, et il renonça à son expédition.

14 David s’installa au désert, dans les endroits escarpés ; or tandis qu’il était installé dans les monts du désert de Ziph, Saül le cherchait tous les jours, mais Dieu ne le lui livra pas.

15 David vit que Saül était sorti pour attenter à sa vie. David était au désert de Ziph, à Horsha. 16 Alors Jonathan, fils de Saül, se rendit auprès de David, à Horsha, pour affermir en Dieu son courage. 17 Il lui dit : N’aie pas peur. Saül, mon père, ne pourra pas t’atteindre. C’est toi qui deviendras roi sur Israël, et moi je serai ton second ; Saül, mon père, le sait bien lui-même. 18 Ils conclurent tous les deux une alliance devant le SEIGNEUR. David resta à Horsha, et Jonathan s’en alla chez lui.

19 Des Ziphites montèrent vers Saül à Guibéa et dirent : David est caché parmi nous dans des endroits escarpés, à Horsha, dans les collines de Hakila, au sud de la terre aride. 20 Maintenant, si tel est ton désir, ô roi, descends ! Quant à nous, nous le livrerons au roi. 21 Saül dit : Soyez bénis du SEIGNEUR, car vous m’avez épargné ! 22 Allez, je vous prie, vérifiez encore, voyez bien le lieu où il est passé, demandez qui l’y a vu – car il est, m’a-t-on dit, fort rusé. 23 Voyez bien toutes les cachettes où il a pu se cacher ; puis revenez me voir à l’endroit convenu, et je m’en irai avec vous. S’il est dans le pays, je le chercherai parmi toutes les phratries de Juda. 24 Ils se rendirent à Ziph avant Saül. David et ses hommes étaient dans la plaine du désert de Maôn, au sud de la terre aride.

25 Saül partit avec ses hommes à la recherche de David. On le dit à David, qui descendit à La Roche et resta dans le désert de Maôn. Saül, l’ayant appris, poursuivit David au désert de Maôn. 26 Saül marchait à flanc de montagne, tandis que David et ses hommes marchaient sur le flanc opposé, de part et d’autre d’une vallée. David se hâtait pour échapper à Saül. Mais déjà Saül et ses hommes cernaient David et ses hommes pour se saisir d’eux, 27 lorsqu’un messager vint dire à Saül : Viens vite, car les Philistins ont fait irruption dans le pays. 28 Saül revint sur ses pas, il cessa de poursuivre David, pour aller à la rencontre des Philistins. C’est pourquoi on a appelé ce lieu Séla-Mahleqoth (« Roc des Séparations »).

Y aller ou pas ?

Depuis l’épisode de Goliath, David a toujours eu pour mission de garder les frontières des incursions philistines. Quand il apprend que Qéila, localité de sa tribu, subit une razzia il a très envie d’y aller ! Sauf qu’il n’est général de Saül mais au contraire en fuite devant lui ; alors est-ce bien prudent d’aller à Qéila ? Les hommes de David disent que non… mais Dieu dit « oui » à 2 reprises : merci Abiathar ! En effet, grâce à l’Ourim et au Toumim (deux objets mystérieux) contenus dans son Ephod (tablier super classe) le grand-prêtre peut demander l’avis de Dieu en posant une question fermée (dont la réponse est soit « oui » soit « non »). Et à la fin David gagne, les philistins sont défaits ! Mais une fois la ville libérée, faut-il y rester alors que Saül prévoit de l’assiéger ? Quand il y a un doute, un flou, David ressort son principal atout : Abiathar et son Ephod ! Ainsi, Dieu lui confirme non seulement que Saül va venir le débusquer mais qu’en plus la ville qu’il vient de libérer va le livrer ! David et sa brigade vont donc pouvoir échapper à Saül.

Moralité : avoir un Grand-Prêtre avec soi pour pouvoir demander l’avis de Dieu c’est toujours très utile ! 

3 dénonciations, 3 occasions manquées

Saül a des espions partout ! Où que soit David, il y a toujours un délateur pour prévenir le roi. Cependant, malgré la grande motivation de Saül celui-ci échoue. La première fois grâce au Grand-Prêtre qui prévient David de l’imminence de la trahison de la ville qu’il vient de délivrer (!) (13), la seconde fois grâce à un environnement favorable au cache-cache (15) et une dernière fois grâce aux philistins que Saül doit aller combattre illico presto (27-28) alors même que David semble à sa portée. Tout cela confirme la prophétie de Jonathan (qui lui arrive à trouver David!) : Saül n’y pourra rien, qui qu’il arrive David sera le nouveau roi. 

Ça rappelle quelque chose qui va arriver

À maintes reprises dans les évangiles, Jésus fait et surtout dit des choses extrêmement provocatrices à ses auditeurs. Plusieurs fois, on veut se saisir de lui pour le lapider mais cela n’arrive pas car, comme le précise Jean, « son heure n’est pas encore venue ». S’il doit mourir, c’est en sacrifice pour le Péché du monde et devant les représentant de tout le monde, pas lors d’une exécution sommaire. Comme dans le cas de David, les humains ont beau vouloir sa peau, c’est le plan divin qui décide de sa destinée et de l’enchainement des événements.

D’autres fois, on veut glorifier Jésus, le faire roi mais là encore il parvient à échapper à cette posture qu’on veut lui imposer car là encore ce n’est à ce genre de succès qu’il est destiné. Comment fait-il pour résister alors même qu’il mérite d’être roi ? Comme David, il consulte régulièrement son Père Celeste grâce à des temps réguliers de prière. Malgré Pierre qui l’enjoint de ne pas se faire crucifier (comme l’entourage de David qui ne veut pas aller délivrer Qeila), Jésus tient ferme parce qu’il veille et prie afin de rester dans la volonté de son Père. 

Application

  • Qu’est-ce qui nous fait bouger ? Le carburant de Saül c’est la revanche implacable, celui des compagnons de David la préservation. Le futur roi, quant à lui, regarde plutôt la justice et la volonté de Dieu et c’est lui que nous sommes appelés à imiter. C’est un des sommets du sermon sur la montagne de Jésus : le principal soucis des citoyens du Royaume de Dieu ne doit pas être les besoins fondamentaux (manger, s’habiller) mais la volonté de plaire à Dieu et faire se qui est juste (Mt 6.25-34). Comment faire les bons choix sans Ephod et sans prophète ? En méditant régulièrement la Parole de Dieu et en nous mettant à l’écoute de son Esprit Saint. C’est ainsi que nous comprenons le caractère de Dieu, le sens de son plan et que nous voulons l’imiter en le laissant agir en nous afin de nous transformer. Il nous faut donc consacrer du temps à cela : pour bien agir, il faut d’abord s’arrêter pour écouter ce que l’Esprit veut nous dire. Ce n’est pas naturel car nous sommes encerclés par les activités et autres distractions permanentes (sous forme d’écran) ! C’est donc une habitude à prendre, une organisation à mettre en place pour qu’au bout du compte cela devienne un réflexe. Ne soyons pas des fous vivant comme si Dieu n’existait pas !
  • Pour écouter le Seigneur, il faut arrêter de se regarder le nombril, il faut stopper les pensées inquiètes ou agressives qui tournent en boucle, il faut cesser d’être influencé par des idées ou des personnes qui tirent vers le bas. C’est un peu comme aérer une chambre qui pue les pieds et la transpiration : ceux qui sont dedans ne se rendent pas compte de l’odeur mais le nouveau venu s’empresse d’ouvrir la fenêtre ! Au lieu d’être bouffés par des pensées irrationnelles qui nous poussent à faire et dire n’importent quoi, arrêtons-nous pour que le monde ne tourne plus autour de nous-mêmes mais autour du Seigneur des seigneurs. Ainsi la situation changera car nous la remettrons dans les mains de celui qui a donné sa vie pour nous et qui veut nous décharger de tous nos soucis.
  • Seigneur, rends mes motivations conformes aux tiennes ! Purifie mon coeur et aide-moi à consacrer mon temps, mon argent, mon énergie à te servir et non à me servir !

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *