Après l’illusion, le réveil ! PSAUME 73.17-28

73 Psaume. D’Asaph.

Oui, Dieu est bon pour Israël,
pour ceux qui ont le coeur pur.
2 Quant à moi, pour un peu mes pieds allaient s’écarter du chemin,
il s’en est fallu d’un rien que mes pas ne glissent,
3 car j’étais jaloux de ceux qui font les fiers,
en voyant la prospérité des méchants.
4 Rien ne les tourmente jusqu’à leur mort,
et leur corps est replet ;
5 ils n’ont aucune part à la peine des hommes,
ils ne sont pas frappés avec les humains.
6 C’est pourquoi l’orgueil leur est un collier
– la violence, un vêtement qui les enveloppe ;
7 ils sont luisants de graisse,
les imaginations de leur coeur dépassent la mesure.
8 Ils raillent, ils parlent de faire du mal et d’opprimer ;
ils parlent de haut,
9 ils élèvent leur bouche jusqu’au ciel,
et leur langue se promène sur la terre.
10 Voilà pourquoi le peuple se tourne vers eux.
On boit leurs paroles
11 et on dit : Comment Dieu saurait-il ?
Y a-t-il même de la connaissance chez le Très-Haut ?
12 Ainsi sont les méchants :
toujours tranquilles, ils accroissent leur richesse.
13 C’est donc pour rien que j’ai purifié mon coeur,
et que j’ai lavé mes mains dans l’innocence :
14 je suis sans cesse frappé,
tous les matins m’apportent mon châtiment.
15 Si je disais : Je vais parler comme eux,
je trahirais tes fils.
16 J’ai donc réfléchi pour comprendre cela ;
ce fut pénible à mes yeux,
17 jusqu’à ce que j’arrive aux sanctuaires de Dieu ;
alors j’ai compris leur avenir.
18 Oui, tu les places sur des voies glissantes,
tu les fais tomber dans la tourmente.
19 Comment ! En un instant les voilà dévastés,
ils sont à bout, achevés par l’épouvante !
20 Comme un rêve au réveil,
Seigneur, à ton éveil, tu repousses leur image.
21 Lorsque mon coeur s’aigrissait,
et que je me sentais transpercé dans les reins,
22 j’étais abruti, je ne savais rien,
devant toi j’étais comme les bêtes.
23 Cependant je suis constamment avec toi,
tu m’as saisi la main droite ;
24 tu me conduis par ton conseil,
puis tu me prendras dans la gloire.
25 Qui d’autre ai-je au ciel ?
En dehors de toi, je ne désire rien sur la terre.
26 Ma chair et mon coeur s’épuisent :
Dieu sera toujours le rocher de mon coeur et ma part.
27 Car ceux qui s’éloignent de toi disparaissent ;
tu réduis au silence tous ceux qui te sont infidèles.
28 Quant à moi, m’approcher de Dieu, c’est mon bien.
J’ai choisi pour abri le Seigneur DIEU
– afin de raconter toutes tes oeuvres.

Le savoir à la source

Devant un monde trop injuste où les méchants réussissent on peut se laisser aller ou bien réfléchir et écouter Dieu. Le psalmiste a choisi la seconde option en allant au Temple afin de recevoir une révélation répondant à ses questions (16-17).

Une vérité, deux moments (18-20)

La principale info intégrée par Asaph, c’est que « le paradis des méchants » ne durera pas. Sur terre, ils n’ont pas de guide, d’abri fiable pour les rendre vraiment heureux. Aussi, ils dépendent d’une conjoncture très précaire, qui peut s’évanouir à tout moment. Et si jamais ils réussissaient jusqu’à leur mort, le jugement de Dieu montrerait l’extrême vanité de leur vie. L’éternité ne retiendra rien d’eux car ils auront été totalement inutiles pour le Royaume de Dieu.

La chance ! (21-28)

Le psalmiste se rend alors compte à quel point il est béni d’être en relation avec le Seigneur de la vie. Sur terre il est serein car Dieu veille sur lui, au Ciel ses besoins seront éternellement comblés par le Maître de l’Univers.

–> Compare ce passage avec Matthieu 24.37-51.

Facebooktwittermail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *