Article 1 : Le Père, le Fils et le Saint Esprit sont un dans la divinité

La base doctrinale des GBU expliquée – Article 1

« Celui qui croit comprendre la trinité, le doigt dans l’œil il se fourre »[1]

La base doctrinale des GBU commence par Dieu, avec une affirmation qui le décrit. Lorsqu’on essaie de le décrire, il convient d’aborder la tâche avec modestie. Dieu est Dieu et nous ne sommes pas Dieu, Dieu nous dépasse. Comment des êtres limités pourraient appréhender dans sa totalité un être illimité ? Cela dit, ce n’est pas parce qu’on ne peut pas dire tout sur lui qu’on ne peut rien dire à son propos non plus. Dieu lance quelques lumières sur lui-même dans l’écriture qui devraient nous pousser à plonger nos regards vers ces divins rayons.

L’affirmation de la trinité n’est pas instinctive, certes vraie. Comment le Père, le Fils et le Saint Esprit pourraient être un ? Plusieurs fausses conceptions de la trinité ont été avancées au cours de l’histoire (résumées par ce schéma). La raison de ces errements vient de la difficulté qu’il y a à tenir ensemble d’un côté la distinction des personnes au sein de la « triade » et de l’autre leur unité d’être. Il n’y a pas trois dieux mais il n’y a pas non plus une seule personne qui prendrait tour à tour la fonction de Père puis celle de Fils et celle de Saint-Esprit. Alors est-ce que 1+1+1=1 ? Comment expliquer ce qui semble être une contradiction ?

Avant d’essayer de comprendre, on va établir les fondements bibliques de l’affirmation «Le Père, le Fils et le Saint Esprit sont un dans la divinité » en la décomposant  : 1) Il y a un seul Dieu 2) Le Père est pleinement Dieu, 3) le Fils est pleinement Dieu et 4) le Saint-Esprit est pleinement Dieu 5) Les trois sont distincts (Le Père est distinct du Fils qui est lui-même distinct du Saint-Esprit). Évidemment on pourrait écrire des pages et des pages sur ce sujet, on ne se contentera que de quelques exemples non exhaustifs.

Fondements bibliques

1)      Dieu est un

C’est probablement l’affirmation qui est la moins controversée, le christianisme est monothéiste. Il n’y a qu’un seul Dieu, les autres ne sont rien. Le texte fondamental est Dt 6.4 : « Écoute, Israël ! Le Seigneur, notre Dieu, le Seigneur est un » que Jésus lui-même citera (Mc 12.29). Ésaïe a écrit quelques chapitres particulièrement incisifs pour mettre en avant le néant que sont les idoles (chapitres 41 ; 44 ; 45 ; 46), absolument incomparables à Dieu : Es 45.5-6 « Je suis le Seigneur (YHWH), et il n’y en a pas d’autre, à part moi il n’y a pas de Dieu ; (…) en dehors de moi il n’y a que néant : je suis le Seigneur (YHWH), et il n’y en a pas d’autre ».

Dans le Nouveau-Testament, Paul affirme en 1 Co 8.6 : « néanmoins, pour nous, il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui tout vient et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par qui tout existe et par qui nous sommes »[2]. Notons déjà que Paul n’hésite pas à associer Jésus au Père en le qualifiant de seul Seigneur. Or le titre de Seigneur, s’il peut avoir un sens assez large, désigne souvent Dieu car les juifs ne prononçait plus le nom de Dieu (Yahvé) et le remplaçaient par « Seigneur » donc lorsque Paul dit qu’il n’y qu’un Seigneur, il s’agit du même Seigneur que dans Ésaïe 44.5-6.

2)      Le Père est pleinement Dieu

Dans l’Ancien-Testament, Dieu est rarement présenté comme le Père. Dans Ex 4.22-23, Dieu présente Israël comme son fils premier-né, ce qui implique une divine paternité. Dans 2 S 7.14, Dieu promet à David qu’il sera un père pour Salomon (Voir également le Psaume 2 qui se base sur cette promesse). Mais c’est surtout avec le Nouveau-Testament que Dieu est présenté comme Père. Il est d’abord le Père de Jésus-Christ mais aussi, par extension, un Père pour tous ceux qui sont « en Christ ». Jésus révèle son père, il parle de Dieu comme « mon Père », il apprend à prier « Notre Père céleste » Mt 6.9. Notons aussi que Paul commence souvent ses lettres par des salutations en souhaitant « grâce et paix de la part de Dieu notre Père ».

De toute façon, ce n’est pas la divinité du Père qui est la plus contestée, c’est surtout la divinité du Fils et de l’Esprit Saint qui va l’être par divers mouvements dissidents du christianisme anciens et contemporains.

3)      Le Fils est pleinement Dieu

Quelques passages l’affirment directement comme Jn 1.1, 18 ; 20.28 ; Ro 9.5 ; Ti 2.13 ; Hb 1.8-9. Mais on peut également avancer plusieurs arguments indirects. Ainsi Jésus fait ce que seul Dieu peut faire, comme pardonner les péchés (Mc 2.6) ou créer le monde (Col 1.16). Dans Ésaïe 6, le prophète a une vision de Dieu plein de gloire, or en Jn 12.41 Jean affirme qu’Ésaïe a vu sa gloire (celle de Jésus). Dans Ap 1.17-18 Jésus (le fils d’homme v. 13) dit « c’est moi qui suit le premier et le dernier » ce qui fait écho à Es 44.6 où Dieu dit « Je suis le premier et je suis le dernier, en dehors de moi il n’y a pas de Dieu ».

4)      Le Saint-Esprit est pleinement Dieu

Si la Bible ne dit pas une phrase aussi explicite que : « le Saint-Esprit est Dieu », c’est peut-être parce que c’est évident qu’il l’est. Globalement, ce que l’Esprit de Dieu fait, c’est ce que Dieu fait. Le parallèle entre Dieu est son Esprit est très fort, par exemple : Ps 139.7 « Où pourrais-je aller loin de ton Esprit, où pourrais-je fuir loin de ta présence ? », être loin de l’Esprit, c’est être loin de Dieu. Dans Actes 5, mentir au Saint-Esprit (v. 4), c’est mentir à Dieu (v. 5). À plusieurs occasions, ce que le Saint-Esprit dit, c’est ce que Dieu dit. Par exemple, en Actes 28.25-27, Paul affirme que le Saint-Esprit a parlé en disant : « va vers ce peuple, et dis…». Or dans Ésaïe 6.8ss, c’est le Seigneur qui dit cela. On retrouve le même phénomène dans Hb 10.15-17 qui cite Jérémie 31.31-34.

Il y a un certain nombre d’affirmations qui sont assez folles à propos du Saint Esprit, s’il n’est pas Dieu : il « sonde les profondeurs de Dieu » et « connait ce qui relève de Dieu » (1 Co 2.10, 11), en gros, il est omniscient. Il est éternel (Hb 9.14). Il a ressuscité Jésus et nous ressuscitera aussi (Ro 8.11). Les croyants sont qualifiés de « Temple » (1 Co 3.16-17 ; 6.19) parce que le Saint-Esprit habite en eux, or le temple est le lieu où Dieu habite.

5)      Les trois sont distincts

Cerise sur le gâteau, la Bible distingue le Père du Fils et du Saint-Esprit. Lors du baptême de Jésus, on voit dans la même scène Jésus, le Père qui s’exprime et le Saint-Esprit qui descend. Soit les personnes de la trinité sont distinctes, soit c’est un grand exercice de ventriloquisme divin, ce qui serait un peu clownesque. Dans Jean 14.16, 26 ; 15.26 et Jésus annonce à ses disciples qu’il va leur envoyer d’auprès du Père un autre défenseur. S’il n’y a aucune distinction Père – Fils – Saint-Esprit, cela veut dire qu’il va s’envoyer lui-même d’auprès de lui-même ? La lecture la plus naturelle de ces textes, c’est qu’il y a bien une distinction entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Sur cette base biblique, on peut assurément dire « Le Père, le Fils et le Saint Esprit sont un dans la divinité » CQFD. Et ce schéma rassemble de manière visuelle les différentes affirmations que nous avons démontrées.

Quelques clefs pour commencer à comprendre

Maintenant, il s’agit d’essayer de comprendre, comment Dieu peut-il être un et trois à la fois ? Dire que c’est mystérieux n’est-il pas une manière un peu facile de cacher une contradiction logique ? Un n’est pas égal à trois !

Au cours des premiers siècles de l’Église, les théologiens ont quelque peu tâtonné pour essayer de comprendre, de mettre ensemble les données bibliques, de formuler la doctrine de manière conforme à la Bible. Les théologiens ont développé un concept qui peut aider à appréhender la trinité : ils ont fait une distinction entre la nature et la personne. La nature est une catégorie universelle. C’est l’ensemble des caractéristiques qui font qu’une chose est une chose et pas une autre. La personne est l’élément particulier qui porte la nature. La nature subsiste dans une personne. Cette distinction est relativement facile à comprendre avec les hommes, il y a une nature humaine et un ensemble de personnes particulières et distinctes qui sont humaines. Là où ça devient subtil, c’est qu’à la différence des humains où il y a plusieurs exemplaires de la même nature, la nature divine est numériquement une, il y a un seul être Dieu mais qui existe en trois personnes. Les trois personnes partagent ensemble la nature divine. On pourrait dire qu’ils cohabitent ensemble pleinement et également dans une seule instance de la nature Divine[3].

Alors oui, ces concepts sont un peu compliqués mais ils permettent de lever l’apparente contradiction du 3 en 1. Ainsi Dieu est un du point de vue de sa nature et trois du point de vue ses personnes. 1 personne + 1 personne + 1 personne = 3 personnes et n’est pas égal à 1. Il n’y a pas d’addition fautive, on ne mélange pas les choux et les patates.

Et alors ?

Ce qui est particulier avec la trinité, c’est qu’il y a des relations à l’intérieur même de Dieu. Or sans relation, pas d’amour possible. Le fait que Dieu est amour n’est possible que parce que Dieu est trinitaire. Dieu peut aimer et n’a pas besoin de nous pour aimer. Il le fait d’un amour non-égoïste puisque chaque membre de la triade aime les autres. Et même si il n’a pas besoin de nous pour aimer, il a, tout de même, décidé de créer et de partager son amour à ses créatures alors youpi et gloire à Dieu.

[1] Maître Yoda

[2] Voir également 1 Ti 2.5 : « Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les humains, l’humain Jésus-Christ »

[3] Les mots techniques utilisé par les théologiens sont : « périchorèse » qui vient d’un mot grec ou « circuminsession » en latin qui veulent en gros dire « habiter ensemble dans » ce concept se base sur Jean 14.10

Facebooktwittergoogle_plusmail

You may also like...

1 Response

  1. Aimé Istovant dit :

    Gloire à Dieu pour cet article à la fois pertinent et assez explicite. J’ai au début de ma conversation lutté contre cette vérité, en affirmant qu’il ‘n’y avait pas de distinction entre les trois “personnes de la divinité “. Mais maintenant la pluralité de Dieu se lit, et se constate dans toute la bible; Je le vis! Gloire soit rendu à Dieu qui me l’a fait comprendre. J’aimerai bien recevoir plus d’article qui en parlent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *