Géopolitique biblique (5) : Nouveaux départs ?

Années 580 avant Jésus-Christ, la grande majorité du peuple de Dieu n’habite plus en terre promise mais en exil, très très loin. Tout est donc fichu ? Non, car Dieu a, comme toujours, un plan.

Sommaire de la série

70 ans fermes

Le prophète Jérémie l’avait prédit, la période de déportation des judéens devait être limitée :

Le pays tout entier ne sera plus que ruines et terre dévastée. Toutes les nations seront assujetties au roi de Babylone pendant soixante-dix ans. Et au bout de ces soixante-dix ans, je demanderai compte de leur crime au roi de Babylone et à son peuple – l’Éternel le déclare – je sévirai contre le pays des Chaldéens et je le réduirai en désert pour toujours.

Jérémie 25.11-12

Pourquoi 70 ans ? Parce que les israélites avaient violé les années sabbatiques. En effet, tous les 7 ans on devait laisser la terre se reposer, sans rien y semer et ainsi ne compter que sur la grâce de Dieu (qui aurait pourvu une récolte exceptionnelle l’année précédente). D’après le Lévitique (écrit avant l’entrée en terre promise !), ces 70 ans d’exil correspondent aux nombres d’années sabbatiques non respectées :

Alors la terre jouira d’années de repos durant tout le temps qu’elle sera désolée et que vous serez dans le pays de vos ennemis ; enfin elle chômera et jouira de son repos. Durant toute cette période où elle demeurera dévastée, elle se reposera pour les années de repos dont vous l’aurez frustrée le temps que vous l’aurez habitée.

Lévitique 26.34-35

Retour d’exil

Pendant cette période de 70 ans, les israélites vont aussi être obligés d’adorer officiellement les idoles qui les tentaient tant quand ils étaient sur leur terre… jusqu’à en être dégoûtés et revenir à l’Éternel qui ne demande qu’à entendre leur repentir et les ramener chez eux :

Là, vous servirez des dieux qui sont l’oeuvre de mains humaines, du bois et de la pierre, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni manger, ni sentir. De là vous rechercherez le SEIGNEUR, ton Dieu ; tu le trouveras, si tu le cherches de tout ton coeur et de toute ton âme. Dans ta détresse, quand toutes ces paroles t’atteindront, dans la suite des temps, tu reviendras au SEIGNEUR, ton Dieu, et tu l’écouteras ; car le SEIGNEUR, ton Dieu, est un Dieu compatissant ; il ne t’abandonnera pas, il ne te détruira pas ; il n’oubliera pas l’alliance qu’il a jurée à tes pères.

Deutéronome 4.28-31

Un premier retour a donc eu lieu sous la conduite de Zorobabel en 537.

Middle_East_topographic_map-blank.svg: Sémhur (talk)derivative work: Zunkir [CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]

Petit calcul rapide : 586-537 = 49 ! C’est pas le nombre qu’on espérait. Par contre 605 (1er exil) – 537 = 68 et c’est mieux si on prend les 70 ans comme quelque chose de plutôt symbolique (aujourd’hui on dirait “à la louche”). Mais par contre si on prend en compte que le temple de Jérusalem a été fini entre 520 et 516, on atteint les 70 ans par rapport à la destruction du temple de Salomon en 586.

En tout cas, d’après le livre d’Esdras, ce retour n’a pas été de tout repos puisque pendant plus de 15 ans la reconstruction a patiné à cause de l’opposition des peuples voisins. Si bien que Dieu a envoyé 2 prophètes (Aggée et Zacharie) afin d’encourager Zorobabel et Josué (le Grand-Prêtre) à continuer les travaux.

Mais ce n’est pas tout ! Un second retour va se faire au siècle suivant :

Middle_East_topographic_map-blank.svg: Sémhur (talk)derivative work: Zunkir [CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]

Si on voulait être précis, on pourrait dire qu’un second retour de 2000 exilés s’opère en 458 avec Esdras et qu’un 3ème arrive 15 ans plus tard avec Néhémie afin de reconstruire les murailles de Jérusalem. Ce sera le temps où Malachie, le dernier prophète de l’Ancien Testament, fera son apparition.

Une province perse

On pourrait se dire que l’histoire se finit bien ! Sauf que ceux qu’on appelle dorénavant les juifs (ceux qui viennent de Judée) ne sont plus les citoyens d’un royaume octroyé par Dieu mais seulement les habitants d’une minuscule province de l’empire Achéménide :

Maps by FabienkhanCreative Commons Attribution-ShareAlike 2.5

Perdu dans cet immense territoire, le peuple de Dieu n’a plus de rôle géopolitique à jouer et n’est plus que l’ombre de lui-même si on compare son nouvel état (ci-dessous à gauche en rose) à celui du Royaume de David (ci-dessous à droite) :

Palestine under the Persians; Atlas of the Historical Geography of the Holy Land by George Adam Smith in 1915. Showing Judea as pink and Samaria as green – Domaine public
Regno di Davide.svg: RobertoReggi12 Tribes of Israel Map.svg: Richardprins12_tribus_de_Israel.svg: Translated by Kordas12 staemme israels heb.svg: by user:יוסי12 staemme israels.png: by user:Janzderivative work: Richardprins, CC BY-SA 3.0 http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/, via Wikimedia Commons

Ce n’est qu’un début

Lors du premier retour des juifs, en 538, Daniel qui est en poste à Babylone reçoit une révélation de Dieu. L’ange Gabriel, lui fait une révélation très surprenante : si c’est le moment pour le peuple de revenir à Jérusalem, il faudra encore être patient pour voir un changement significatif :

Une période de soixante-dix septaines (= 490 ans) a été fixée pour ton peuple et pour ta ville sainte, pour mettre un terme à la révolte contre Dieu, et pour en finir avec les péchés, pour expier la faute et pour instaurer une justice éternelle, pour accomplir vision et prophétie, et pour conférer l’onction au Saint des saints.

Voici donc ce que tu dois savoir et comprendre : Depuis le moment où le décret ordonnant de restaurer et de rebâtir Jérusalem a été promulgué jusqu’à l’avènement d’un chef ayant reçu l’onction (= Messie), il s’écoulera sept septaines et soixante-deux septaines. La ville sera rebâtie et rétablie avec ses places et ses remparts, en des temps de détresse.

À la fin des soixante-deux septaines, un homme ayant reçu l’onction sera mis à mort, bien qu’on ne puisse rien lui reprocher. Quant à la ville et au sanctuaire, ils seront détruits par le peuple d’un chef qui viendra, mais sa fin arrivera, provoquée comme par une inondation, et jusqu’à la fin, séviront la guerre et les dévastations qui ont été décrétées.

Daniel 9.24-26

Sans vouloir interpréter précisément ce passage apocalyptique (par définition symbolique et avec une structure particulière qui n’est pas notre sujet), on peut tout de même relever qu’un Messie va venir régler le Péché du peuple, qu’il sera mis à mort et que la ville de Jérusalem avec son temple seront détruits à nouveau. Surtout, tout cela arrivera dans très très longtemps : 500 ans à la louche.

Ces 500 ans de silence, de transition où se mettra en place le monde du temps de Jésus feront l’objet de notre prochaine étape.

Pour aller plus loin :

Facebooktwittermail

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *